Dossier n°3974

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1988
Fernand Béchard
Année de nomination : 1988
Date de naissance : 31/08/1900
Date de décés : //
Profession : Ingénieur chimiste

Odette Béchard
Année de nomination : 1988
Date de naissance : 15/01/1900
Date de décés : //
Profession : femme au foyer, mère de 4 enfants

Localisation Ville : Paris (75013)
Département : Paris
Région : Île-de-France

Lieu de mémoire

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Fernand Béchard, ingénieur chimiste, vivait à Paris avec sa femme. Tous deux faisaient partie de ces sympathisants de la Résistance qui manifestaient leur hostilité à l’Occupation allemande non par la lutte armée, mais notamment en aidant les personnes persécutées. Daniel et Hanna Waxberg et leurs deux enfants étaient des Juifs émigrés de Pologne. Le 14 mai 1941 Daniel Waxberg fut arrêté et interné au camp de Pithiviers, où il fut affecté au poste de facteur, ce qui lui permettait de sortir du camp. Le 14 mars 1942, quelques mois avant le début des déportations massives des Juifs du camp vers Auschwitz, Daniel saisit l’occasion pour s’enfuir. Hésitant à rentrer chez lui de crainte d’y être arrêté, il fit appel à un client de longue date, qui accepta généreusement de quitter son appartement pour loger les Waxberg. Toutefois, après les grandes rafles de Juifs à Paris en juillet 1942, Daniel tenta de passer en zone sud avec sa famille. Sa tentative ayant échoué, il dut revenir dans sa cachette le même jour. Le lendemain, Hélène Waxberg, la fille du couple, rencontra sa professeur d’anglais dans la rue et lui fit part de sa détresse. L’enseignante orienta la famille vers un pasteur protestant, Paul Vergara (q.v) trés actif dans les réseaux de sauvetage. Ce dernier contacta les Béchard, qui, à sa demande, louèrent un appartement pour les Waxberg dans le treizième arrondissement et leur procurèrent de faux papiers. La famille vécut ainsi sans être inquiétée jusqu’à la fin de l’Occupation. Des témoignages de survivants après la guerre, il ressort que les Béchard avaient aussi aidé d’autres Juifs à se cacher, bien qu’étant eux-mêmes surveillés par la Gestapo. En effet, ils étaient soupçonnés d’avoir aidé des membres de l’Orchestre Rouge, le réseau d’espionnage soviétique dirigé par Léopold Trepper. Le 1er novembre 1943, deux agents de la Gestapo se présentèrent au domicile des Béchard. Odette s’était sauvée un peu auparavant et avait trouvé refuge dans le sud de la France mais les autres membres de la famille étaient présents. Fernand et son fils Jacques s’apprêtaient à prendre leur petit déjeuner. Comprenant la signification de cette visite, Fernand prétexta du besoin de prendre un médicament pour sauter par la fenêtre, grimper sur le toit et prendre la fuite; pendant ce temps Jacques se sauvait par l’escalier de service. Les agents de la Gestapo s’installèrent dans l’appartement, prenant en otage la fille de Béchard et sa vieille nourrice. Après trois jours d’interrogatoires infructueux, constatant que les hommes ne rentraient pas, les Allemands s’en allèrent après avoir obtenu de la nourrice la promesse de les prévenir immédiatement si les fuyards revenaient.

Le 30 août 1988 Yad Vashem a décerné à Fernand et Odette Béchard le titre de Juste des Nations. 

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article