Dossier n°4104

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1989
Roger Taillefer
Année de nomination : 1989
Date de naissance : 04/06/1907
Date de décés : //
Profession : ouvrier au chemin de fer métropilitain de Paris

Localisation Ville : Marseille (13000)
Département : Bouches-du-Rhône
Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Mobilisé en septembre 1939, Roger Taillefer fut fait prisonnier en juin 1940 à Gérardmer, « sans combat et sans gloire » suivant ses propres termes. En février 1942 il s’évada et rentra en France. Comme il était recherché par les Allemands, il ne put reprendre ses fonctions au métro de Paris. Des amis lui conseillèrent de partir dans le sud de la France. Il choisit Marseille et réussit à faire régulariser sa situation par les autorités militaires de la ville. Le hasard lui fit rencontrer le docteur Paul Schmierer qui, dès leur première conversation, réussit à le convaincre de rallier la Résistance. Lorsque les Allemands occupèrent le sud de la France en novembre 1942, la persécution des Juifs s’intensifia. Paul Schmierer était alors directeur par interim du Centre Américain de Secours fondé par Varian Fry (q.v.) à Marseille en 1940. Le centre avait pour objectif d’aider des artistes, journalistes et hommes politiques à gagner les Etats-Unis. A l’été 1942, Paul avait demandé à Roger Taillefer de mettre sur pied une filière d’évasion pour faire passer en Suisse, où ils seraient attendus, des protégés juifs du Centre. Prenant les plus grands risques, Roger Taillefer fit franchir la frontière à cinq groupes de fugitifs, soit vingt personnes en tout. L’opération fut rendue possible grâce à plusieurs policiers et douaniers du poste-frontière de Chamonix prêts à fermer les yeux et qui informaient la Résistance de l’heure à laquelle ils prenaient leur service. Roger fit ainsi passer en Suisse M. Pariser, un journaliste allemand, et sa femme. Mais du côté helvétique, les contacts n’étaient pas au rendez-vous, et les gendarmes remirent les transfuges à leurs collègues français. Ces derniers laissèrent le couple s’installer à l’hôtel pour une nuit, en leur conseillant de tenter à nouveau le passage. Incapables de retrouver la route, les Pariser furent arrêtés et internés au camp de Gurs. M. Pariser y mourut. Sa femme fut déportée et ne revint pas des camps de la mort.

Le 16 mai 1989, Yad Vashem a décerné à Roger Taillefer le titre de Juste parmi les Nations. 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article