Dossier n°4127

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1989
Suzanne Mercier Blondeau
Année de nomination : 1989
Date de naissance : //
Date de décés : 30/09/1997
Profession : Agricultrice

Localisation Ville : Argent-sur-Sauldre (18410)
Département : Cher
Région : Centre-Val de Loire

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Suzanne Mercier vivait avec sa fille dans une ferme isolée à Argent-Sauldre (Cher). Fait prisonnier de guerre par les Allemands, son mari passa toute l’Occupation dans un stalag en Allemagne. Non loin de la ferme, dans le village de Cerdout, se trouvait le camp GTE (Groupe de travailleurs étrangers) de La Matelotte. De nombreux juifs y étaient internés. Emue par leur détresse, Suzanne hébergeait souvent les familles qui venaient leur rendre visite en cachette. Elle prenait ainsi de grands risques, pour elle comme pour sa fille, sans jamais rien demander en échange. Régina Haber, accompagnée de sa fille Dora, allait voir son mari à La Matelotte jusqu’au jour où il fut déporté vers les camps de l’est, dont il ne revint pas. En janvier 1944, les deux femmes, complètement désemparées, demandèrent l’aide de Suzanne qui leur trouva asile dans une ferme isolée à proximité. Elle cacha également deux autres femmes, dont Fanny Appel, et leurs enfants dans une cabane située dans la forêt voisine. Suzanne Mercier ne se borna pas là – elle continua à aider ses protégées et leur apportait notamment des produits de sa ferme. Dans son témoignage après la guerre, Dora Haber écrit que la fermière agissait par bonté pure. Après la Libération, Régina et Dora Haber restèrent de longues années durant en relation avec celle qui les avait sauvées.

Le 3 mai 1989, Yad Vashem a décerné à Suzanne Mercier le titre de Juste parmi les Nations.

Suzanne MERCIER

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes