Dossier n°4162

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1989
Jean Gainard
Année de nomination : 1989
Date de naissance : 08/08/1908
Date de décés : 02/02/1982
Profession : Négociant en charbon

Localisation Ville : Moissac (82200)
Département : Tarn-et-Garonne
Région : Occitanie

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2020, le titre avait été décerné à 27712 personnes à travers le monde, dont 4130 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Jean Gainard, négociant en charbons, habitait Moissac, dans le Tarn-et-Garonne, avec sa femme et sa fille. Les Eclaireurs Israélites de France avaient établi à Moissac leur secrétariat national et une maison d’enfants. Jean Gainard qui les approvisionnait en charbon, apprit à connaître le personnel avec lequel il sympathisa. En août 1942, lorsque la police française commença à arrêter et déporter les Juifs, l’organisation fonda une branche clandestine, La Sixième, dont le but était de sauver les jeunes juifs. Le chef en était Henri Wahl. Jean Gainard lui donna sa propre carte d’identité, sa carte d’alimentation, son certificat de baptême et son permis de conduire. Protégé par ces précieuses pièces, Henri Wahl sillonna la France et put prospecter les campagnes, trouver de nombreuses familles d’accueil, aisni que des organisations laïques ou chrétiennes, qui acceptèrent de cacher des enfants et adolescents juifs. Henri Wahl établit également un réseau qui faisait passer illégalement les frontières suisse et espagnole, et qui supervisait la fabrication de faux papiers : ce réseau fonctionna jusqu’à la fin de l’Occupation. La vie de nombreux Juifs fut ainsi sauvée par l’acte courageux de Jean Gainard. Ce dernier savait qu’en confiant ses papiers à Henri Wahl, il se mettait en danger, lui et ses enfants; s’il avait été pris, il risquait de connaître le même sort que les Juifs qu’il cherchait à sauver.

Le 1er mai 1989, Yad Vashem a décerné à Jean Gainard le titre de Juste parmi les Nations. 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes




Mis à jour il y a 9 mois.