Dossier n°4163 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1989

Pierre Couvret-Damevin

Année de nomination : 1989
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Employé dans un centre médical

Localisation Ville : Argoules (80120)
DĂ©partement : Somme
RĂ©gion : Hauts-de-France

Personnes sauvées

L'histoire

NĂ© en 1915, Pierre Couvret, perdit tĂ´t ses parents et fut Ă©levĂ© par sa mère adoptive, Germaine Damevin. Enfant, il fit partie des scouts de France; devenu adulte il partit Ă  l’armĂ©e. Il y rencontra Jacques Pulver, un jeune juif de son âge. Après leur dĂ©mobilisation, ils continuèrent Ă  se voir de temps en temps. En 1943, La Sixième, l’organisation clandestine juive qui se consacrait au sauvetage des enfants dans toute la France mais particulièrement Ă  Paris, fit de Jacques Pulver le responsable de ses activitĂ©s secrètes. Il devenait par la mĂŞme la cible de la police. Ayant rĂ©ussi plusieurs fois Ă  Ă©chapper de justesse Ă  l’arrestation, il comprit qu’il ne pourrait continuer sans faux papiers. Il s’adressa donc Ă  Pierre Couvret, qui habitait alors Valloires, dans la Somme, et qui travaillait dans un centre mĂ©dical. Lorsque Pierre eut entendu son histoire, il lui donna ses propres papiers et pour assurer Ă  son ami une protection plus complète, il lui remit Ă©galement son certificat de baptĂŞme, des cartes d’alimentation et plusieurs autorisations de circuler. Il prenait ainsi un risque Ă©norme, car si Jacques Ă©tait arrĂŞtĂ© par suite de ses activitĂ©s clandestines, lui mĂŞme le serait aussi. Germaine Damevin, sa mère adoptive, qui demeurait toujours Ă  Paris, cacha Ă  plusieurs reprises, Jacques Pulver chez elle, prenant elle aussi des risques considĂ©rables.

Le 7 mai 1989, Yad Vashem a décerné à Pierre Couvret le titre de Juste des Nations.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article