Dossier n°4182 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1989

Jean Daniel

Année de nomination : 1989
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Médecin

Localisation Ville : Le Puy-Sainte-Reparade (13610)
Département : Bouches-du-Rhône
Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

Personnes sauvées

L'histoire

Le docteur Hirsch, membre des Eclaireurs Israélites de France, appartenait également au réseau clandestin de ce mouvement. Le médecin avait quitté Paris occupé par les Allemands pour s’installer à Auvillars (Tarn-et-Garonne), avec sa femme et ses deux enfants, Jean-Raphaël qui avait onze ans en 1943 et Nicole, encore un bébé. En octobre 1943 il fut arrêté avec sa femme, à la suite d’une dénonciation. Des amis français cachèrent les deux petits. Jean-Raphaël, muni de faux papiers, fut envoyé chez un ami de la famille, le docteur Jean Daniel, qui habitait aux environs de Marseille. L’enfant vécut chez lui jusqu’à la Libération; c’est ainsi qu’il eut la vie sauve. Dans son témoignage après la guerre, Jean-Raphaël Hirsch évoque avec affection le medecin et sa femme, qui l’accueillirent chaleureusement et le traitèrent comme leur propre enfant, sans chercher la moindre rétribution. Ils savaient pourtant qu’en donnant asile à un Juif au mépris de la loi ils s’exposaient à de lourdes peines, et prenait un risque d’autant plus grand que les parents de l’enfant avaient été arrêtés et que lui-même figurait sur la liste des Juifs recherchés par les Allemands.

Le 17 décembre 1989, Yad Vashem a décerné au docteur Jean Daniel le titre de Juste des Nations.

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article