Dossier n°4186

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1989
Juliette Usach
Année de nomination : 1989
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Dirigeante d’une maison d’enfant de la Croix Rouge « Guespy », docteur

Localisation Ville : Le Chambon-sur-Lignon (43400)
Département : Haute-Loire
Région : Auvergne-Rhône-Alpes


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Pendant l’Occupation, un grand nombre d’enfants juifs originaires d’Allemagne et de l’est de l’Europe furent internés dans des camps du sud de la France. L’organisation juive OSE s’efforçait de les en faire sortir et les transférait en lieu sûr, notamment au Guespy, une maison d’enfants de la Croix-Rouge, au Chambon-sur-Lignon, et dirigée par Juliette Usach. Rudy Appel, Lilly Braun et Joseph Atlas furent parmi les nombreux enfants ainsi sauvés. Dans leur témoignage après la guerre, ils ont évoqué la bonté et le dévouement de Juliette Usach et l’ambiance de tolérance religieuse de l’établissement, à l’image de celle qui régnait dans tout le Chambon. Les fêtes religieuses juives étaient célébrées au Guespy dans la mesure du possible. Les survivants ont mentionné particulièrement Hanouca, la fête des lumières. Conformément à la tradition, les enfants allumaient des bougies tous les soirs pendant les huit jours de la fête, tandis que la directrice jouait au piano « Maoz Tsur », le chant rituel. En acceptant autant d’enfants juifs au mépris des lois, Mme Usach courait de réels dangers, bien que les jeunes réfugiés aient tous été munis de faux papiers et d’une fausse identité.

Le 18 avril 1989, Yad Vashem a décerné à Juliette Usach le titre de Juste parmi les Nations. 

 

Juliette USACH (à gauche) et deux réfugiés juifs (le Chambon  sur Lignon 1944)

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article