Dossier n°4187

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1989
Ernestine Ducret Vinachet
Année de nomination : 1989
Date de naissance : 22/11/1897
Date de décés : //
Profession : Ménagère

Irène Ducret
Année de nomination : 1989
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Agricultrice

Joseph Ducret
Année de nomination : 1989
Date de naissance : 21/06/1890
Date de décés : 24/10/1987
Profession : Agriculteur ancien combattant de la guerre de 14

Robert Ducret
Année de nomination : 1989
Date de naissance : 20/11/1923
Date de décés : 23/08/2007
Profession : Agriculteur

Localisation Ville : Arthaz-Pont-Notre-Dame (74380)
Département : Haute-Savoie
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 13 Mai 1990

Joseph Ducret avait hérité de la ferme de ses parents et de ses grands-parents à Arthoz Pont Notre Dame en Haute-Savoie. Ancien combattant de la guerre de 1914, cet homme pétri d’idéal avait décidé de venir en aide aux réfugiés victimes de régimes dictatoriaux. En 1941, il créa son propre réseau clandestin, formé de parents et d’amis, pour porter assistance à tous ceux qui étaient persécutés par le régime de Vichy, et notamment les Juifs. Son fils Robert, qui avait fait ses études dans une école d’agriculture de 1935 à 1938 y avait rencontré plusieurs juifs d’origine allemande dont il était devenu un ami. Il avait pu ainsi comprendre le sort cruel qu’ils avaient subi en tant que Juifs dans l’Allemagne nazie. Robert habitait non loin de l’école et recevait parfois ses amis juifs à la maison, de sorte que sa famille fit leur connaissance. Les sentiments de sympathie et de compassion que les Ducret éprouvaient pour les Juifs s’en trouvèrent renforcés ainsi que leur volonté de s’opposer aux Allemands. La famille Ducret vint notamment au secours des Potaznik. Ces Juifs originaires de Pologne avaient été arrêtés lors de la rafle du 16 juillet 1942 à Paris. Par miracle, la mère put s’échapper avec ses deux filles Après avoir été cachées un certain temps par des amis français, elles réussirent à franchir la ligne de démarcation et à gagner la zone sud où elles espèraient trouver plus de sécurité. En novembre de la même année, les Allemands occupèrent le sud de la France. Madame Potaznik prit contact avec les Ducret. Ceux-ci leur donnèrent généreusement leurs propres extraits de naissance, après avoir fait une fausse déclaration de perte aux autorités. Grâce à ces documents les deux filles purent obtenir des cartes d’identié : Rechla Potaznik devint Georgette Marie Ducret et sa soeur Lola, Irène Ducret. D’autres réfugiés, dont des Juifs, bénéficièrent aussi de l’aide des Ducret, sous forme de cartes d’identité, de certificats de baptême et de cartes d’alimentation, tous fournis par le maire d’Arthoz. Robert Ducret donna ses propres papiers (après s’en être fait une copie, qu’il garda) à un jeune juif qui put ainsi survivre à l’Occupation. Les Ducret mirent également à contribution certaines de leurs relations, fonctionnaires des douanes, pour permettre à des fugitifs de passer la frontière suisse.

Le 18 avril 1989, Yad Vashem a décerné à Joseph et Ernestine Ducret et à leurs enfants Robert et Irène le titre de Juste parmi les Nations. 

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article