Dossier n°4239A

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1989
François Périllat
Année de nomination : 1989
Date de naissance : //
Date de décés : 13/12/1944
Profession : fermier, employé dans la ferme des » LANCON »

Localisation Ville : Veigy-Foncenex (74140)
Département : Haute-Savoie
Région : Auvergne-Rhône-Alpes


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Pendant l’Occupation, François Périllat, qui habitait Veigy-Foncenex (Haute-Savoie), dans les Alpes, travaillait à la ferme de Joseph Lançon (q.v.). Les deux hommes firent passer clandestinement des centaines de Juifs en Suisse. François Périllat joua un rôle essentiel dans ce réseau de passeurs qui regroupait des religieux, des résistants et des habitants de la région. Les fugitifs faisaient d’abord appel à des prêtres ou des pasteurs – comme, notamment, le père Jean-Joseph Rosay (q.v.), curé de Douvaine – lesquels les faisaient conduire chez F. Périllat et ses camarades, tous enfants du pays qui connaissaient les moindres replis du terrain. Ils pouvaient ainsi guider les Juifs vers la frontière dans les meilleures conditions. Par son courage, François Périllat sauva des centaines de Juifs, au péril de sa propre vie. Lorsque les Allemands occupèrent la région le 9 septembre 1943, les activités du jeune passeur furent vite découvertes. Il fut arrêté le 10 février 1944 avec Joseph Lançon et avec le père Rosay. Tous trois avaient été dénoncés par un mouchard. Ils furent déportés vers les camps de concentration de l’est. François fut transféré de camp en camp et astreint à de durs travaux. Il mourut d’épuisement le 13 décembre 1944 au camp d’Hersbrueck, en Bavière.

Le 16 mai 1989, l’Institut Yad Vashem de jérusalem a décerné à François Périllat le titre de Juste parmi les Nations. 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article