Dossier n°4388 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Claire Chemitre

Année de nomination : 1989
Date de naissance : 03/10/1904
Date de décés : 01/12/1987
Profession :

Localisation Ville : Paris (75018)
DĂ©partement : Paris
RĂ©gion : Ile-de-France

Lieu de mémoire

Personnes sauvées

L'histoire

Claire Chemitre, nĂ©e en 1904, habitait Ă  Paris pendant l’occupation. Le 9 fĂ©vrier 1943, le PrĂ©fet de police de Paris reçut une instruction secrète du commandement militaire allemand : arrĂŞter immĂ©diatement, en vue de leur dĂ©portation, tous les Juifs qui n’avaient pas la nationalitĂ© française. Dans la nuit du 9 au 10, la police arrĂŞta 1549 Juifs qui furent internĂ©s Ă  Drancy. Claire Chemitre vit le dĂ©but de la rafle et se prĂ©cipita dans l’immeuble voisin prĂ©venir la petite Sarah Kofman, huit ans, et sa maman; elle les hĂ©bergea toutes deux dans son appartement jusqu’Ă  ce que la vague d’arrestations ait pris fin. Claire Chemitre n’avait pas Ă©tĂ© particulièrement liĂ©e avec la famille avant ce jour. Elle n’en eut que plus de mĂ©rite Ă  courir sauver, pratiquement sous le nez des policiers, des gens qui ne savaient mĂŞme pas qu’ils Ă©taient en danger. Elle jugea prĂ©fĂ©rable de ne pas laisser Sarah et sa mère rĂ©intĂ©grer leur logis. Risquant sa propre vie, Claire Chemitre les hĂ©bergea sans la moindre rĂ©munĂ©ration jusqu’Ă  la libĂ©ration de Paris en aoĂ»t 1944. Comme Sarah ne pouvait plus aller Ă  l’Ă©cole – c’eut Ă©tĂ© trop dangereux – elle lui donna elle-mĂŞme des leçons particulières Ă  la maison.

Le 4 octobre 1989, Yad Vashem – Institut International pour la MĂ©moire de la Shoah, a dĂ©cernĂ© Ă  Claire Chemitre le titre de Juste parmi les Nations. 

 




Mis Ă  jour il y a 7 mois.