Dossier n°4422 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Gaston Bourgeois

Année de nomination : 1989
Date de naissance : 03/03/1899
Date de décès : 01/01/1963
Profession : Proviseur de lycée
    Localisation Ville : Villeneuve-sur-Lot (47300)
    Département : Lot-et-Garonne
    Région : Nouvelle-Aquitaine

    L'histoire

    Gaston Bourgeois était le proviseur du lycée Georges Leygues à Villeneuve-sur-Lot (Lot-et-Garonne), dans le sud-est de la France. L’établissement comprenait également un internat. Plus de vingt enfants juifs y furent acceptés après la fuite de leurs parents de la zone occupée, et notamment Jacques Braunstein, né en France en 1931, et Herni Kohn né en Pologne en 1926. Le proviseur savait pourtant que ces enfants étaient juifs et n’avaient pas de papiers d’identité. L’un des cadres de l’établissement était un collaborateur notoire qui affichait ouvertement son antisémitisme; des enfants de miliciens fréquentaient le lycée. Sans se laisser intimider par les énormes risques encourus, Gaston Bourgeois prit les enfants sous sa protection. En 1943, au plus profond de la guerre, il convoqua Henri Kohn dans son bureau. Il lui expliqua que des enfants juifs avaient été la cible de rafles opérées par les Allemands dans un pensionnat prés de Limoges, et lui donna la clé du hangar à bois de l’école, au travers duquel on pouvait atteindre la grand’ route et s’enfuir. Comme Henri était le plus âgé, il lui confiait la responsabilité des autres enfants juifs en cas d’arrivée des Allemands. En fin de compte, Gaston Bourgeois réussit à éviter une descente des Allemands dans son établissement. Il avait aussi muni tous les réfugiés juifs de faux papiers, de cartes d’alimentation, et leur avait trouvé des familles d’accueil auprès desquelles ils pouvaient passer les congés scolaires.

    Le 26 octobre 1989, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Gaston Bourgeois, le titre de Juste parmi les Nations.

    Documents annexes

    Article de presse - Sud Ouest du 21/07/1997Article de presse – Sud Ouest du 21/07/1997
    Article de presse - Sud Ouest du 09/07/1997Article de presse – Sud Ouest du 09/07/1997
    Article de presse - Démocrate du 14/09/1946Article de presse – Démocrate du 14/09/1946



    Mis à jour il y a 3 mois.