Dossier n°4429 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1990

Arthur Lavergnat

Année de nomination : 1990
Date de naissance : //
Date de décès : //
Profession : Exploitant agricole

Jeanne Lavergnat

Année de nomination : 1990
Date de naissance : //
Date de décès : //
Profession : Exploitante agricole

    Localisation Ville : Troinex ()
    Département :
    Région :

    L'histoire

    Arthur Lavergnat exploitait sa ferme située le long de la frontière suisse. Des centaines de Juifs tentèrent désespérément de passer en Suisse pendant la guerre, mais la présence massive de soldats allemands – et de gardes-frontières suisses – rendait l’entreprise périlleuse. Des témoignages concordants révèlent qu’au mépris du danger le fermier fit passer en cachette une quarantaine de groupes de Juifs. Dans un premier temps, il coupa les fils de fer barbelés qui longeaient sa ferme, puis il dissimula la brèche ainsi faite avec des branchages. Lorsque des fugitifs étaient annoncés, il allait les attendre là. S’il y avait trop d’Allemands dans les parages, il prévenait les agents de la résistance d’ajournet l’opération. Dans son témoignage après la guerre, Rolande Birgy (q.v.), une des résistantes qui guidaient les Juifs vers les barbelés, raconte que plus d’une fois Arthur Lavergnat et sa femme Jeanne ne se contentèrent pas d’escorter les Juifs mais encore les hébergèrent pendant quelques jours – jusqu’à ce qu’ils puissent franchir la frontière en toute sécurité. Le fermier prenait des risques particulièrement élevés : certes, c’était le cas de tous les passeurs, mais du fait qu’il vivait le long de la frontière, il était particulièrement exposé. En outre, les soldats allemands avaient installé un poste avancé au château de Bossey, d’où ils pouvaient entendre ce qui se passait chez les Lavergnat et même tirer, la brèche dans les fils de fer barbelés étant à portée de leurs fusils. Arthur Lavergnat ne savait jamais, lorsqu’il conduisait les fugitifs vers la frontière, si un soldat ne le tenait pas dans sa ligne de mire.

    Le 31 mai 1990, Yad Vashem a décerné à Arthur Lavergnat et à sa femme Jeanne, le titre de Juste parmi les Nations. 

    Documents annexes

    Invitation cérémonie LavergnatInvitation cérémonie Lavergnat
    14 mars 2015 09:51:39

    Articles annexes

    Aucun autre article