Dossier n°4518

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1990
Eve Jacquier
Année de nomination : 1990
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Directrice d’internat du pensionnat « La petite famille »

Localisation Ville : Sèvres (92310)
Département : Hauts-de-Seine
Région : Île-de-France

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Eve Jacquier dirigeait un pensionnat à Sévres (Hauts-de-Seine). L’établissement, surnommé par tous « La petite famille », comptait plusieurs dizaines d’enfants âgés de cinq à dix-huit ans. Pendant l’Occupation, une douzaine de ces enfants étaient juifs. Eve Jacquier en était pleinement consciente; elle savait aussi que certains parents, qui étaient en danger, ne pouvaient pas payer les frais de scolarité. Elle accepta pourtant leurs enfants, malgré les risques auxquels elle s’exposait. Le petit Claude Ségal, arrivé au pensionnat en juin 1941 avec sa soeur, y demeura jusqu’en septembre 1943. Il en évoqua plus tard l’ambiance chaleureuse et la sollicitude que la directrice témoignait aux enfants juifs. Elle insistait pour que les autres pensionnaires se conduisent bien avec eux. En outre, elle laissait parfois la mère et la soeur de Claude passer la nuit dans le dortoir du pensionnat pour échapper aux rafles. Le commissaire de police de Sèvres savait qu’Eve Jacquier donnait asile à des enfants juifs; il l’avertit des risques qu’elle courait. Lorsque les persécutions contre les Juifs s’intensifièrent, la directrice ordonna aux enfants d’enlever leur étoile jaune, puis elle effaça leurs noms des listes d’élèves qu’elle soumettait à la municipalité. En conséquence, elle ne recevait plus de cartes d’alimentation pour ces élèves. C’est ainsi que de 1942 à 1944 les enfants juifs ne purent être nourris que sur le compte des rations de leurs camarades…

Le 19 janvier 1990, Yad Vashem a décerné à Eve Jacquier le titre de Juste parmi les Nations. 

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article