Dossier n°4519 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Marguerite Dulaut

Année de nomination : 1990
Date de naissance : 30/03/1921
Date de décès : 24/03/1978
Profession : Responsable des Eclaireurs Unionistes, fondatrice d’un foyer de jeunes juives allemandes
    Localisation Ville : Montauban (82000)
    Département : Tarn-et-Garonne
    Région : Occitanie

    L'histoire

    Marguerite Dulaut

    Marguerite Dulaut

    Marguerite Dulaut vivait à Montauban, en Tarn-et-Garonne. Pendant l’Occupation, elle se mit courageusement au service de « La Sixième », branche clandestine des Eclaireurs Israélites de France. A compter de la fin de l’année 1942, ce mouvement se consacra essentiellement au sauvetage des adolescents juifs. Marguerite Dulaut ouvrit son foyer à de jeunes juives allemandes qui avaient été prises en charge par le centre des Eclaireurs à Moissac. Il fallait leur trouver des cachettes, car le bruit courait que leurs noms figuraient sur une liste de la gendarmerie, ce qui signifiait que leur arrestation était imminente. Tous les quelques jours, un membre de La Sixième accompagnait deux adolescentes chez Marguerite Dulaut, qui les hébergeait en attendant qu’on leur ait trouvé un lieu d’accueil à Montauban. Depuis le mois d’août 1942, il était non seulement illégal mais encore dangereux de cacher des Juifs, car le gouvernement de Vichy avait chargé sa propre gendarmerie de traquer les Juifs pour les livrer aux Allemands. Lorsque les gendarmes de Montauban apprirent que Marguerite Dulaut abritait des Juifs, ils vinrent perquisitionner chez elle. Heureusement, il n’y avait personne ce jour là. René Klein, le responsable de La Sixième dans la région de Toulouse bénéficia personnellement, ainsi que sa mère et sa sœur Rosette, de l’hospitalité de Marguerite. Sa mère et sa sœur vécurent plusieurs mois chez elle. Quant à René, il y passa plus d’un an – jusqu’à la Libération. Elle l’avait autorisé à utiliser sa demeure comme lieu de réunion pour préparer les opérations de La Sixième. Son groupe se rencontra donc au domicile de Marguerite presque quotidiennement pendant plusieurs mois.

    Le 31 mai 1990, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Marguerite Dulaut, le titre de Juste parmi les Nations.




    Mis à jour il y a 5 mois.