Dossier n°4557

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1990
Madeleine Dietz
Année de nomination : 1990
Date de naissance : 21/01/1900
Date de décés : //
Profession : mère de 6 enfants

Localisation Ville : Valenciennes (59300)
Département : Nord
Région : Hauts-de-France

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 12 Février 1990

L'histoire

Madeleine Dietz vivait à Valenciennes avec son mari Charles et leurs six enfants. Située dans le nord de la France, la ville s’était trouvée en zone occupée dès les premiers jours de la guerre. En mars 1944, les Dietz reçurent une lettre de leur amie Geneviève Dreyfus See, qui avait vécu à Valenciennes avant la guerre avec son mari Albert, directeur d’usine, et leurs cinq enfants. Lors de l’arrivée des Allemands, la famille s’était enfuie vers le sud, s’établissant en Dordogne où Albert effectuait divers travaux. Ils vécurent relativement tranquillement pendant près de quatre ans. Mais en février 1944, les Allemands arrêtèrent Albert Dreyfus See pour ses activités de résistance et l’internèrent au camp de Nexon, près de Limoges. Dans sa lettre, Geneviève évoquait sa détresse et celle de ses enfants qui ignoraient tout du sort de leur père; elle exprimait aussi la crainte de se voir arrêtée avec ses cinq petits. Madeleine prit conseil de son mari, pasteur protestant; ils décidèrent ensemble qu’elle irait voir ses amis et les aiderait à trouver une cachette. Laisser son mari et ses six enfants pour entreprendre un voyage de plusieurs centaines de kilomètres afin de venir en aide à une famille juive en détresse n’était pas chose facile pour Madeleine. Elle se mit pourtant en route, en mars 1944, sans savoir comment elle allait pouvoir sauver les Dreyfus See. Arrivée chez son amie Geneviève, elle se chargea d’abord de se renseigner sur le sort de son mari emprisonné. Se présentant à l’entrée du camp de Nexon avec un colis préparé par Geneviève, elle insista pour le remettre à Albert Dreyfus. Ce dernier fut hélas fusillé quelques jours plus tard. Pendant ce temps Madeleine, revenue chez Geneviève, avait réussi, avec l’aide de deux autres amies, à faire admettre les trois filles aînées du couple au pensionnat St-Cyran de Cognac. Elle les y accompagna personnellement. Ce fut un difficile et dangereux voyage, qui dura sept heures. Il fallait changer de train, or la présence des Allemands dans les gares rendait l’opération périlleuse. Marie-Claire et Norbert, les deux plus jeunes enfants qui étaient restés chez leur mère, tombèrent malades. Marie-Claire put être cachée chez des voisins mais il fallut hospitaliser Norbert. A la fin du mois de mars, alors que Geneviève était à son chevet, des Allemands se présentèrent à son domicile pour l’arrêter. Madeleine Dietz, qui se trouvait toujours chez son amie, envoya une voisine à l’hôpital pour la prévenir. Geneviève brûla ses papiers en catastrophe et, accompagnée par sa voisine, s’enfuit avec le petit Norbert à St-Cyran, où se trouvaient ses grandes filles. Elle put y rester en qualité de blanchisseuse, jusqu’à la fin de l’Occupation. La famille Dreyfus See demeura en contact avec Madeleine Dietz jusqu’à la mort de cette dernière en 1959.

Le 12 février 1990, Yad Vashem a décerné à Madeleine Dietz le titre de Juste parmi les Nations. 

Cérémonie de la plantation d'un arbre en l'honneur de Madeleine Dietz

La plaque de l'arbre en l'honneur de Madeleine Dietz

Le témoignage

Lors de l’arrivée des Allemands, la famille DREYFUS-SEE, de Valenciennes,  s’était réfugiée en Dordogne. Le père, Albert, la mère, Geneviève, aidés des cinq enfants, étaient devenus cultivateurs depuis 1940. Mais en février 44, le père est arrêté pour des activités de résistance. Il est interné au camp de Nexon.

Geneviève écrit à l’une de ses amies de Valenciennes, Madeleine DIETZ, mariée à un pasteur protestant, et exprime sa crainte de se voir arrêter avec ses enfants. Madeleine entreprend alors le voyage de Valenciennes jusqu’en Dordogne. Elle se renseigne tout d’abord sur le sort d’Albert puis réussit à faire admettre trois des filles de la famille DREYFUS-SEE dans un pensionnat à Cognac, où les accompagne personnellement malgré le danger représenté par un voyage difficile et dangereux.

En outre, elle parvient à faire prévenir Geneviève que les Allemands vont l’arrêter. Celle-ci peut s’enfuir et rejoindre ses filles à Cognac. 

Le 12 févier 1990, Yad Vashem reconnu Madeleine Dietz comme Juste parmi les Nations.

Documents annexes

Témoignage Témoignage
2 mai 2014 08:29:55

Articles annexes