Dossier n°4572A

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1990
Yvette Portal Guiot-Desvarenne
Année de nomination : 1990
Date de naissance : 27/09/1921
Date de décés : //
Profession : Chef d’entreprise

Localisation Ville : Lyon (69000)
Département : Rhône
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

C’est en juillet 1943 que Marthe Bleitrach, une dentiste juive, rencontra Yvette Portal pour la première fois. Les deux femmes devinrent rapidement amies et Marthe confia bientôt à Yvette qu’elle vivait dans la hantise d’être arrêtée et déportée dans les camps. Yvette l’invita à se réfugier chez elle, à Lyon. Marthe Bleitrach vécut chez son amie, sous un nom d’emprunt, jusqu’en septembre 1944. Yvette Portal lui trouva également du travail à l’Institut Mérieux. Lorsque M. Bleitrach venait voir sa fille à Lyon, Yvette Portal l’hébergeait également pour lui éviter de prendre le risque de descendre dans un des hôtels de la ville, qui étaient tous sous le contrôle de la police. Courageusement, la jeune femme sauva aussi le frère de Marthe, le docteur Arnould Bleitrach. Celui-ci fut arrêté à Lyon-Vaise par la milice française au printemps 1944, mais réussit à sauter du camion qui le transportait avec d’autres prisonniers et vint se réfugier chez Yvette Portal. Lors de son arrestation, la milice lui avait pris tous ses papiers et connaissait donc sa véritable adresse à Sarras (Ardèche), où se trouvaient sa femme et sa fille. Le soir-même de l’arrivée du docteur, Yvette Portal se rendit à Sarras, distante d’environ 120 kilomètres, chercher Mme Bleitrach et sa fille. Les deux femmes se cachèrent chez elle jusqu’à ce qu’on leur trouve un abri sûr. Yvette Portal prenait ainsi un risque considérable : c’était en effet l’époque où les forces d’Occupation et la milice décuplaient d’efforts dans leur chasse aux Juifs qui se cachaient, et fouillaient littéralement maison après maison.

Le 15 mars 1990, Yad Vashem a décerné à Yvette Portal le titre de Juste parmi les Nations.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article