Dossier n°4573 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1990

Marie-Louise Charpentier

Année de nomination : 1990
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Assistante sociale

Localisation Ville : Rennes (35700)
DĂ©partement : Ile-et-Vilaine
RĂ©gion : Bretagne

L'histoire

La famille Engelstein avait quittĂ© la Pologne au dĂ©but du siècle pour venir s’installer Ă  Metz. Lorsque les Allemands annexèrent la ville en 1940, les Engelstein durent s’enfuir. Après avoir errĂ© pendant de longs jours, ils arrivèrent Ă  Rennes, en Ile-et-Vilaine. Ils y furent rejoints par la femme du plus jeune de leurs trois fils, Joseph, qui, mobilisĂ© dans l’armĂ©e française, avait Ă©tĂ© fait prisonnier de guerre par les Allemands. Elle Ă©tait accompagnĂ©e de leurs deux enfants, Raymond, deux ans, et Catherine, trois ans. Un jour, en 1943, des agents de la Gestapo firent irruption dans leur maison, saccagèrent tout et arrĂŞtèrent le père, Fishel Engelstein, et sa belle-fille. Avant de partir, ils menacèrent de revenir chercher la vieille madame Engelstein et les deux petits. AffolĂ©e, madame Engelstein, qui ne parlait pas le français, se rendit au bureau d’assistance aux familles des prisonniers de guerre. En larmes, elle raconta ce qui s’Ă©tait passĂ© Ă  l’assistante sociale, Marie-Louise Charpentier. Cette dernière, sans tarder, l’accompagna chez elle pour chercher les enfants. Ensuite, elle emmena les trois Juifs chez l’un de ses amis, qui possĂ©dait une ferme Ă  une quinzaine de kilomètres. Le fermier accepta d’hĂ©berger temporairement la vieille dame et ses deux petits enfants Ă  la condition que ce soit Marie-Louise qui s’en occupe. Les rĂ©fugiĂ©s vĂ©curent Ă  la ferme environ un mois. Chaque jour, le frère de Marie-Louise venait leur apporter de la nourriture avec l’aide de deux amis. Pendant ce temps, l’assistante sociale leur cherchait une cachette durable. Finalement elle dĂ©cida de les envoyer chez des amis de Paris actifs dans la RĂ©sistance. Dès que cela fut possible, Madame Engelstein, se faisant passer pour une Française sourde, fut accompagnĂ©e avec les deux petits jusqu’Ă  la capitale par deux jeunes gens qui voulaient rallier les forces du gĂ©nĂ©ral de Gaulle en Afrique du nord. RestĂ©e Ă  Rennes, Marie-Louise attendait impatiemment le tĂ©lĂ©gramme en code qui devait signaler le succès de l’opĂ©ration : « les cinq lapins sont bien arrivĂ©s. » Un membre d’un rĂ©seau clandestin transfĂ©ra ensuite les trois Juifs chez des parents de madame Engelstein dans le sud de la France. Marie-Louise devait apprendre plus tard que la Gestapo de Rennes Ă©tait revenue au domicile des Engelstein pour chercher la grand-mère et les deux petits. Fishel Engelstein mourut dans le train qui le conduisait Ă  Auschwitz. Sa belle-fille survĂ©cut Ă  Bergen-Belsen mais revint en France Ă  la fin de la guerre brisĂ©e physiquement et moralement. Elle eut la joie de retrouver son mari et ses enfants, et alla mĂŞme voir Marie-Louise Charpentier pour la remercier d’avoir sauvĂ© ses petits. Toutefois, elle ne se remit jamais des horreurs subies et mourut cinq ans après la guerre.

Le 15 mai 1990, l’Institut Yad Vashem de JĂ©rusalem a dĂ©cernĂ© Ă  Marie-Louise Charpentier le titre de Juste parmi les Nations.

Documents annexes

Article de presse - Ouest France du 20/07/2003 Article de presse – Ouest France du 20/07/2003
20 octobre 2017 09:59:56

Articles annexes

Aucun autre article