Dossier n°4671 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Alice Pelous

Année de nomination : 1990
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Sous-Secrétaire de Mairie

Localisation Ville : Moissac (82200)
DĂ©partement : Tarn-et-Garonne
RĂ©gion : Occitanie

L'histoire

Alice Pelous

Shatta et Édouard Simon avaient fui Paris pour se rĂ©fugier Ă  Moissac (Tarn-et-Garonne). Ce couple de Juifs français y ouvrit un centre relevant du Mouvement des Éclaireurs IsraĂ©lites de France. L’Ă©tablissement accueillait des centaines d’enfants juifs, des dizaines d’adultes et plusieurs familles juives qui s’Ă©taient rĂ©fugiĂ©es elles aussi dans la ville. Il fonctionna sans encombre jusqu’Ă  l’étĂ© 1942, oĂą les rafles de Juifs se multiplièrent dans toute la France. Les Simon purent sauver leurs protĂ©gĂ©s grâce au secrĂ©taire de mairie, Manuel Darrac (q.v.) et Ă  son assistante Alice Pelous. Celle-ci vint en aide Ă  Shatta et Ă  Édouard, aux Juifs du centre et Ă  tout autre Juif qu’on lui adressait, risquant ainsi sa vie sans demander la moindre rĂ©tribution. Elle leur fournissait de fausses cartes d’identitĂ©, des permis de rĂ©sidence et des cartes d’alimentation qu’elle renouvelait chaque mois. Lorsque La Sixième, la branche clandestine du mouvement des Éclaireurs IsraĂ©lites de France, Ă©tablit un atelier de fabrication de faux papiers, Alice Pelous lui procura des cachets officiels. Elle prĂ©venait Ă©galement les Simon chaque fois que les autoritĂ©s de Vichy demandaient aux Juifs de renouveler leurs permis. Elle continua son oeuvre de sauvetage mĂŞme lorsque les Allemands firent leur entrĂ©e Ă  Moissac et installèrent leur quartier gĂ©nĂ©ral Ă  cĂ´tĂ© de la mairie. Lorsque les Simon furent contraints de fermer le centre et d’en disperser les occupants, Alice prĂŞta ses propres papiers d’identitĂ© Ă  Shatta Simon, ce qui lui permit de circuler librement et de continuer Ă  diriger l’Ă©quipe du centre, dont tous les membres Ă©taient munis de faux papiers. Ils pouvaient ainsi aller voir les enfants juifs cachĂ©s et s’assurer qu’ils Ă©taient bien traitĂ©s.

Le 24 juin 1990, Yad Vashem – Institut International pour la MĂ©moire de la Shoah, a dĂ©cernĂ© Ă  Alice Pelous le titre de Juste parmi les Nations