Dossier n°4792

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1990
Pierre Chambre
Année de nomination : 1990
Date de naissance : 30/06/1912
Date de décés : //
Profession : Professeur de Lettres au lycée de Chambéry

Localisation Ville : Chambéry (73000)
Département : Savoie
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 20 Octobre 1991

L'histoire

Pierre Chambre vivait avec sa femme et ses deux filles à Chambéry (Savoie), où il enseignait la littérature au lycée. En janvier 1944, des agents de la Gestapo firent irruption dans le bureau du proviseur et lui ordonnèrent de leur livrer immédiatement tous les élèves juifs. Le conseiller pédagogique de l’école entendit l’ordre des Allemands et se précipita dans la salle de classe où se trouvaient Paul Honigman et Max Tenenbaum, deux cousins de seize ans qui s’étaient enfuis de Paris pour échapper à la Gestapo. C’est alors que Pierre Chambre intervint, sauvant leur vie et celle de leurs parents. Il hébergea les adolescents chez lui, s’exposant ainsi aux plus grands dangers pour lui-même et pour sa propre famille. Il protégea les Honigman et les Tenenbaum, – sept personnes en tout – en leur procurant de fausses cartes d’identité. Pour leur sécurité, il plaça les adultes et les quatre enfants dans des cachettes séparées. Plus tard, il transféra Max et Paul dans un établissement de formation professionnelle, près de Grenoble, où ils furent admis comme pensionnaires. Auparavant, il les avait avertis de ne pas parler, pour ne pas mettre en danger les résistants de toute la région. En effet, le professeur était un cadre de la Résistance. C’est à titre purement désintéressé qu’il se porta au secours des deux familles juives. Après la guerre, les sept réfugiés qui avaient survécu grâce à son aide, évoquèrent sa chaleur et sa sympathie. Les liens d’amitié entre le professeur et ses deux élèves, Paul Honigman et Marc Tenenbaum, se poursuivirent après la guerre.

Le 29 novembre 1990, Yad Vashem a décerné à Pierre Chambre le titre de Juste des Nations.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article