Dossier n°4833 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1991

Germaine Bacqué

Année de nomination : 1991
Date de naissance : //
Date de décés : 26/04/2005
Profession : Vendeuse de produits fermiers

Justine Bacqué

Année de nomination : 1991
Date de naissance : 28/09/1911
Date de décés : 19/03/1994
Profession : Vendeuse de produits fermiers

Marie Bacqué Rey

Année de nomination : 1991
Date de naissance : 15/08/1893
Date de décés : 30/05/1967
Profession : Fermière

Localisation Ville : Aulus-les-Bains (9140)
Département : Ariège
Région : Occitanie

Marie, Germaine et Justine BACQUE

Germaine et Justine Bacqué allaient vendre les produits de la ferme de leur mère Marie à l’hôtel d’Aulus-les-Bains, petite localité de l’Ariège, aux pieds des Pyrénées. Durant l’été 1941, six jeunes réfugiés juifs et leurs parents, les familles Rubinstein et Tau, d’origine polonaise, arrivèrent à cet hôtel venant de Belgique. Germaine et Justine se lièrent rapidement d’amitié avec les jeunes nouveaux-venus, qui leur rendaient visite à la ferme. En écoutant les informations de la radio de Londres sur ce qui se passait à Paris, les jeunes Juifs apprirent la grande vague de déportations intervenue en juillet 1942. Les demoiselles Bacqué se rendirent compte de l’inquiétude des familles et de la peur suscitée par ces nouvelles. Avec l’approbation de Marie, leur mère, elles proposèrent aux jeunes de les cacher dans leur grange, située à environ deux kilomètres de la ville dans un coin isolé de montagne. Les enfants Rubinstein et Tau y restèrent cachés deux mois. Germaine et Justine leur apportaient tous les soirs après onze heures un repas chaud. Leurs parents, arrêtés, furent déportés dans des camps de concentration dont ils ne revinrent pas. En octobre 1942, les adolescents décidèrent de tenter le passage en Suisse. Quatre d’entre eux seulement réussirent.

Le 5 mai 1991, l’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Marie Bacqué et ses filles Germaine et Justine le titre de Juste parmi les Nations. 

Germaine Bacqué

Germaine Bacqué à Yad Vashem Jerusalem

Germaine Bacqué dans la crypte du souvenir

Cérémonie à Yad vashem Jérusalem

Simon Rubinstein en 1942 à Aulus

R. Rainhold, S.Rubinstein, G. Ajar, S. Tau, E. Keller, J. Rubinstein, M. Rubinstein

Simon Rubinstein à Tel-Aviv

Jacques Rubinstein

Jacques Rubinstein pendant la guerre

Documents annexes

Article de presse - La Dépêche du 14/11/1991 Article de presse – La Dépêche du 14/11/1991
29 mars 2017 09:10:20

Articles annexes