Dossier n°4848

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1991
Germaine Rajbaut
Année de nomination : 1991
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession :

Localisation Ville : Nice (6000)
Département : Alpes-Maritimes
Région : Provence-Alpes-Côte d’Azur

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

De 1942 jusqu’à la Libération, Germaine Rajbaut, qui habitait Nice, vint à l’aide de plusieurs familles juives. Elle procura des cartes d’alimentation à Régine Saltzman et à sa famille. Elle ne se laissa pas dissuader par l’entrée des Allemands à Nice en septembre 1943, qui rendait son action – déjà parfaitement illégale – beaucoup plus dangereuse. Bien au contraire, elle fournit des cartes d’alimentation à deux autres familles juives, originaires d’Allemagne, venues se réfugier à Nice. En visite à Paris chez Mme Rochman, une amie juive, Germaine lui proposa de prendre son fils Charles, sept ans, et de l’emmener à Nice où il serait plus en sécurité. Elle donna à l’enfant les papiers de son propre fils, Claude, dix ans, qu’elle laissa à Paris, et rentra à Nice avec le petit fugitif. Un peu plus tard, Claude revint à Nice, sans papiers. Charles Rochman demeura chez Germaine Rajbaut jusqu’à l’arrivée à Nice de ses parents. Il continua à porter le nom de Claude après la guerre.

Le 23 janvier 1991, Yad Vashem a décerné à Germaine Rajbaut le titre de Juste parmi les Nations. 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article