Dossier n°5159

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1992
Adélaïde Lagrange
Année de nomination : 1992
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Retraitée

Localisation Ville : Beaumont-de-Lomagne (82500)
Département : Tarn-et-Garonne
Région : Occitanie

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Les Goldstein, des Juifs de nationalité française, habitaient Paris. Ayant réussi à échapper aux grandes rafles de juillet 1942, ils franchirent en cachette la ligne de démarcation et allèrent se réfugier auprès de parents à Montauban (Tarn-et-Garonne) en zone sud. Toutefois, un peu plus tard les Allemands occupèrent la totalité de la France. Comme tous les Juifs, les Goldstein durent se faire enregistrer auprès des autorités. Ils habitaient alors Beaumont de Lomagne (Tarn-et-Garonne) et avaient fait la connaissance d’Adelaïde Lagrange, une vieille dame de quatre-vingts ans qui hébergeait Mme Aronovici, une juive qui réussit plus tard à passer en Espagne. Les Goldstein se lièrent d’amitié avec Adelaïde Lagrange, à laquelle ils rendaient souvent visite. Au début de l’année 1944, un régiment de la Wehrmacht vint s’installer à proximité. Inquiets, les Goldstein envoyèrent Claude, leur fils de quinze ans, vivre sous un nom d’emprunt chez des parents en Haute-Vienne. Ils demandèrent ensuite à Mme Lagrange s’ils pouvaient se cacher chez elle la nuit. Elle accepta immédiatement. Au début du mois de mai, les Goldstein ne purent que constater que leurs craintes étaient fondées : les Allemands arrêtèrent presque tous les Juifs de la région. Les Goldstein avaient eu le temps de se mettre à l’abri chez la vieille dame. Adelaïde, consciente de la gravité de la situation, les invita à s’installer chez elle. Pour éviter tout soupçon, elle ne dit rien à ses voisins et ne changea rien à ses habitudes. La chasse aux Juifs se poursuivit; les Goldstein, en sécurité chez leur vieille amie, furent parmi les rares Juifs à échapper aux rafles. Adelaïde Lagrange veillait à leurs besoins et leur remontait le moral, les empêchant à plusieurs reprises de sortir de chez elle. Elle risquait sa vie, sans demander la moindre rétribution.

Le 19 février 1992, Yad Vashem a décerné à Adélaïde Lagrange le titre de Juste parmi les Nations.

Adélaïde LAGRANGE

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article