Dossier n°528

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1973
Germaine Clément
Année de nomination : 1973
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession :

Maurice Clément
Année de nomination : 1973
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : ébéniste, menuisier, employé à la préfecture de Chateuaroux

Localisation Ville : Saint-Benoit-du-Sault (36170)
Département : Indre
Région : Centre-Val de Loire

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

En 1942, Marcel Blum arriva avec sa femme et ses trois enfants à Saint Benoît du Sault, petit village de l’Indre. Il sympathisa avec un ébéniste du village, Maurice Clément, ancien combattant de la guerre de 1914, qui avait le même âge que lui. Sa fille Andrée se lia d’amitié avec Odette, la fille de Clément. En 1942, quand commencèrent les arrestations et déportations de Juifs, le menuiser remit à Marcel Blum tous ses papiers – carte d’identité, livret militaire, livret de famille et certificat de baptême – en lui disant : « Ne vous inquiétez pas pour moi, je me débrouillerai! ». Il ajouta qu’il n’avait pas peur de se retrouver sans papiers et ne se souciait guère du danger. Aimé et respecté au village, Maurice, qui avait la confiance de tous, put aider les Blum et d’autres familles de réfugiés juifs sans éveiller les soupçons. Sa maison devint un refuge pour ses amis juifs. Toute la famille Blum s’y réfugiait lorsqu’il y avait une rafle dans la région. Lors de la vague d’arrestations de 1943, leurs noms ne figuraient pas sur la liste des Juifs recherchés. Comme Maurice Clément travaillait alors à la préfecture à Chateauroux; les Blum étaient convaincus que c’est lui qui avait fait escamoter leurs noms. Avertie la veille de la rafle, madame Blum prévint tous les autres Juifs de l’endroit. Elle fut assistée dans cette tâche par Maurice Clément, sa femme Germaine-Marie et Maria Junker-Kissling (q.v.) la gouvernante suisse des enfants Clément. Lorsque les gendarmes se présentèrent au domicile des Juifs, ils ne trouvèrent personne. Les réfugiés s’étaient tous enfuis et se cachaient. Les deux autocars prévus pour le transport des Juifs arrêtés repartirent vides. Lorsque la situation des Juifs s’aggrava encore en 1944, Marcel Blum et son fils Georges quittèrent le village et rallièrent la Résistance. Madame Blum et sa fille Andrée, qui avait peur de se montrer dans la rue, furent installées par les Clément dans la chambre d’Odette. Pendant deux semaines, elles n’en bougèrent pas, laissant les volets fermés. Cette pièce se trouvait juste au dessus de la cuisine, où les Clément recevaient les visiteurs – voisins, amis et gendarmes. A chaque fois, les deux femmes étaient averties de ne faire aucun bruit. Les portes de la maison étaient fermées à clé à l’heure des repas pour que tout le monde puisse les prendre ensemble. Maurice et Germaine-Marie risquaient gros en donnant asile à des Juifs. Dans sa déposition après la guerre, Andrée déplore ne pas trouver les mots pour saluer la chaleur, la gentillesse et l’affection dont les Clément entouraient sa famille. En été 1944, Andrée venait d’avoir dix-huit ans. Au bout de deux semaines de claustration dans la chambre de son amie, elle n’en pouvait plus. Sa mère et elle décidèrent donc de quitter leur refuge pour rejoindre Marcel Blum. Maurice tenta en vain de les en dissuader. Au mépris du danger que courait sa propre famille et ne voyant que les périls que devraient affronter les deux femmes. Il les aida à quitter le village et à arriver à bon port. Après la guerre, les deux familles restèrent amies; les deux filles étaient très liées. A l’été 1973, après la mort de Marcel Blum, sa femme et sa fille invitèrent Maurice Clément, sa femme Germaine-Marie et la suissesse Maria Junker-Kissling, qui s’était occupée des enfants, à visiter avec elles Israël.

Le 18 juillet 1973, l’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Maurice et Germaine-Marie Clément le titre de Juste parmi les Nations.

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article