Dossier n°5315B - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1992

Maria Corbat

Année de nomination : 1992
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Agricultrice

Localisation Ville : Villars-lès-Blamont (25310)
DĂ©partement : Doubs
Région : Bourgogne-Franche-Comté

L'histoire

Maria Corbat vivait Ă  Villes-les-Blamont, petite localitĂ© du Doubs (Jura) Ă  proximitĂ© de la frontière suisse. Cette paysanne, sans enfants, âgĂ©e et frĂŞle, prenait soin de son mari, plus âgĂ© encore et paralysĂ©. Un soir d’hiver, trois femmes frappèrent Ă  la porte. C’était Sonia Winischki et ses filles, Inge et Baerbel. La famille Winischki, des Juifs qui s’Ă©taient enfuis de Berlin en Belgique, puis Ă  Roubaix, avaient eu la vie sauve grâce Ă  la bontĂ© d’un policier français, LĂ©on Coghe (q.v) et de sa femme Germaine (q.v) ainsi que du pasteur Marcel Pasche (q.v). M. Winischki et son fils avaient rĂ©ussi Ă  passer la frontière suisse mais sa femme et ses deux filles avaient Ă©chouĂ© par deux fois. La première, parce que le guide les avait trahies, la seconde parce que les garde-frontières avaient tuĂ© le guide d’un coup de fusil. Les trois femmes rĂ©ussirent Ă  Ă©chapper aux tirs mais se retrouvèrent seules du cĂ´tĂ© français, ne sachant oĂą aller dans la glaciale nuit d’hiver. C’est ainsi qu’elles arrivèrent Ă  la porte de la maison des Corbat, de parfaits inconnus. Maria Corbat leur rĂ©pondit d’abord – sans ouvrir la porte – qu’elle ne pouvait les laisser entrer : le couvre-feu Ă©tait en vigueur et les patrouilles allemandes prĂŞtes Ă  tirer sur tout ce qui bougeait. Elle finit par se laisser convaincre et accueillit les trois femmes. Elle les hĂ©bergea pendant près de dix jours avant de les accompagner jusqu’Ă  Selencourt, oĂą elle les confia au pasteur Rufenach, car elles avaient renoncĂ© Ă  toute nouvelle tentative de passage en Suisse et dĂ©cidĂ© de retourner Ă  Roubaix. Maria Corbat n’appartenait Ă  aucun rĂ©seau. Elle avait agi seule, n’Ă©coutant que la voix de sa conscience pour recueillir puis accompagner les trois femmes, au mĂ©pris du danger.

Le 2 juin 1992, Yad Vashem a décerné à Maria Corbat le titre de Juste des Nations.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article