Marguerite Cadiou
Année de nomination : 1992
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Employée de maison

Roger Cadiou
Année de nomination : 1992
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Boucher

Localisation Ville : Dourdan (91410)
Département : Essonne
Région : Ile-de-France

Personnes sauvées

Cérémonies



    Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


    L'histoire

    Roger CADIOUMarguerite CADIOU

    Adam Turyn et sa femme Adassa, des Juifs polonais, quittèrent Varsovie en 1928 pour s’installer à Paris et y suivre les cours de l’école des Beaux Arts. La petite Ruth-Claire, née en 1929, obtint la nationalité française; sa sœur Rose-Blanche, née en 1935, non. En 1939, Adam Turyn décida de s’engager dans l’armée polonaise, laissant sa femme et ses filles à Paris. Le 15 juillet 1942, une amie française de la famille, Madame Todd, prévint Adassa de la grande rafle qui était imminente. La jeune femme alla passer la nuit chez des amis avec les petites. Le lendemain, elle chercha un refuge pour ses enfants et les confia à des foyers UGIF de l’OSE. Toutefois, vers la fin de l’année 1942, il devint évident que ces foyers n’étaient plus sûrs. En février 1943 elle trouva une famille française prête à héberger les fillettes. Il s’agissait de Roger et Marguerite Cadiou, un jeune couple vivant à Dourdan, dans l’Essonne. Roger était boucher et sa femme s’occupait des trois enfants du couple. Avant l’arrivée de Ruth-Claire et de Rose-Blanche, ils avaient accueilli une autre enfant juive, Fanny Lindwasser, qui fut alors prise en charge par la mère de Roger pour faire place aux deux fillettes. Un peu plus tard Marguerite Cadiou plaça Adassa Turyn, infirmière de son métier, chez la famille Millot où elle s’occupa de Madame Millot, qui était paralysée. Adassa se trouvait ainsi dans la même ville que ses filles, qu’elle pouvait voir de temps en temps. Roger et Marguerite s’occupèrent avec dévouement des deux gamines qu’ils cachaient malgré le risque considérable qu’ils couraient, eux et leurs enfants. Ils ne cherchaient aucune compensation et voulaient seulement aider deux enfants dans le besoin. Ruth quitta les Cadiou en octobre 1943, pour aller habiter chez une camarade de classe; la petite Rose continua à vivre chez eux jusqu’à la Libération.

    Le 6 juillet 1992, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Roger et Marguerite Cadiou le titre de Juste parmi les Nations.

    Les médias externes :







    Mis à jour il y a 2 mois.