Dossier n°5362 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1992

Alice Caron Bontemps

Année de nomination : 1992
Date de naissance : 16/03/1924
Date de décés : 17/03/2012
Profession : EmployĂ©e dans un foyer pour enfants de l’OSE

Localisation Ville : Le Grand-Bourg (23240)
DĂ©partement : Creuse
RĂ©gion : Nouvelle-Aquitaine

L'histoire

Pendant l’occupation, Alice Caron, qui n’Ă©tait pas juive, travaillait dans un foyer pour enfants de l’organisation juive OSE. Celle-ci avait fait l’acquisition d’un château, au Masgelier dans la Creuse. TransformĂ© en maison d’enfants, le château abritait des petits Juifs de Paris et des enfants qu’on avait fait sortir de camps d’internement tels que le camp de Gurs. La jeune fille travaillait aux cuisines et le reste du temps aidait de son mieux. Lorsque les Allemands occupèrent le sud de la France, l’OSE passa progressivement dans la clandestinitĂ©. Pourtant, grâce au concours d’organisations tant juives que non juives, et parfois avec l’aide de religieux protestants ou catholiques, elle continua Ă  mettre Ă  l’abri des milliers d’enfants. Au printemps 1944 le home du Masgelier dut fermer, et ses pensionnaires furent dispersĂ©s dans des cachettes plus sĂ»res. Alice Caron accompagnait les enfants Ă  la gare, d’oĂą on les emmenait chez les familles françaises chrĂ©tiennes qui avaient acceptĂ© de les hĂ©berger. La jeune fille prenait ainsi de grands risques; en effet, lorsqu’ils Ă©taient pris, les employĂ©s non juifs de l’OSE risquaient gros. Pourtant, elle remit sa propre carte d’identitĂ© Ă  Denise Baumann, une juive qui avait exercĂ© les fonctions de conseillère au home. Denise qui partit se rĂ©fugier Ă  Lyon quand l’Ă©tablissement ferma ses portes substitua sa photo Ă  celle d’Alice. Elle put ainsi arriver Ă  bon port et survivre Ă  la guerre. 

Le 6 juillet 1992, Yad Vashem a décerné à Alice Caron, épouse Bontemps, le titre de Juste des Nations.

 

Alice CARON

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article