Dossier n°5594 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1993

Ginette Ruelle Pasquier

Année de nomination : 1993
Date de naissance : 23/01/1924
Date de décès : //
Profession :

René Ruelle

Année de nomination : 1993
Date de naissance : //
Date de décès : //
Profession :

    Localisation Ville : le Guâ (38450)
    Département : Isère
    Région : Auvergne-Rhône-Alpes

    L'histoire

    En mars 1943 les Weingot et leur fillette de douze ans, Esther, trouvèrent refuge à Sallaints-du-Gua (Isère), petit village situé à une vingtaine de kilométres de Grenoble. Se présentant sous le nom de Wolny, ils louèrent un appartement. Toutefois leur propriétaire et voisin, René Ruelle, comprit rapidement qu’ils étaient Juifs. Un jour, trois agents de la Gestapo, informés de la véritable identité des réfugiés, vinrent les arrêter. Heureusement, ils n’étaient pas chez eux. Après avoir frappé à la porte de leurs voisins les Ruelle, qui prétendirent ne rien savoir, les agents repartirent bredouilles. René et Ginette coururent alors à l’école d’Esther et ramenèrent l’enfant chez eux. Puis ils se précipitèrent à l’arrêt de l’autocar attendre le retour des Weingot qui avaient été rendre visite à des amis dans un village voisin. Ils les conduisirent dans une maison inhabitée à l’orée du village et leur amenèrent Esther à la nuit tombée. Pendant plusieurs jours René vint ravitailler les fugitifs, qui n’osaient pas sortir ni même ouvrir les volets de crainte d’être découverts. Les agents de la Gestapo, revenus à leur domicile, en forcèrent la porte et se livrèrent à un pillage systématique. Mais ils ne trouvèrent pas le trou pratiqué dans le mur par M. Weingot pour y cacher les papiers et les bijoux de la famille. René Ruelle put les remettre aux fugitifs avec le peu qui restait dans l’appartement. Il réussit à leur trouver une cachette sûre dans un village voisin et les y accompagna dans un camion de meubles. Ensuite, en dépit du risque considérable qu’il prenait, il les aida à se procurer de faux papiers au nom de Wallon.

    Le 31 janvier 1993, Yad Vashem a décerné à René et à Ginette Ruelle le titre de Juste parmi les Nations. 

     

    Documents annexes

    Article de presse -Grenoble mensuel Février 1994 Article de presse -Grenoble mensuel Février 1994
    13 juin 2015 17:38:51
    Article de presse du 10/12/1993Article de presse du 10/12/1993
    18 mars 2014 10:14:31

    Articles annexes

    Aucun autre article