Dossier n°5693 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1993

Marcel Pinget

Année de nomination : 1993
Date de naissance : 23/11/1898
Date de décés : 21/08/1957
Profession : retraité

Maria Pinget

Année de nomination : 1993
Date de naissance : 12/02/1895
Date de décés : 08/07/1986
Profession :

Pierrette Pinget Janin

Année de nomination : 1993
Date de naissance : 19/05/1902
Date de décés : 02/09/1984
Profession : retraitée

Localisation Ville : Annecy (74000)
DĂ©partement : Haute-Savoie
RĂ©gion : Auvergne-RhĂ´ne-Alpes

Personnes sauvées

L'histoire

Alors que l’armĂ©e allemande se trouvait aux portes de Paris en juin 1940, la famille Maisel, des Juifs de Pologne, prit la fuite et arriva Ă  Annecy (Haute-Savoie). De novembre 1942 Ă  septembre 1943 la ville et sa rĂ©gion furent sous contrĂ´le italien. Lorsque les Allemands l’occupèrent, les Maisel confièrent leurs deux enfants, Georges, nĂ© en 1934, et AndrĂ©, nĂ© en 1936, Ă  Marcel et Germaine Pinget. Ce couple âgĂ©, qui n’avait pas d’enfants, vivait avec la soeur de Marcel, Marie Pinget. De septembre 1943 Ă  la LibĂ©ration en aoĂ»t 1944, les Pinget s’occupèrent des deux garçons comme s’ils Ă©taient leurs propres enfants, les prĂ©sentant aux voisins et amis comme leurs neveux, Georges et AndrĂ© menaient une vie normale, frĂ©quentaient l’Ă©cole et accompagnaient la famille Pinget Ă  l’Ă©glise le dimanche. . M. et Mme Maisel ne quittèrent pas la ville. Tandis que sa femme trouvait un emploi de domestique nourrie et logĂ©e, M.Maisel, ingĂ©nieur en Ă©lectricitĂ©, continua Ă  travailler pour son patron, ne se dĂ©plaçant que la nuit pour Ă©chapper Ă  la Gestapo. De temps en temps, malgrĂ© le danger, Marcel et Germaine Pinget organisaient une rencontre entre les garçons et leur mère.

Le 18 mars 1993, Yad Vashem a décerné à Marcel Pinget, sa femme Germaine et sa soeur Marie Pinget, le titre de Juste parmi les Nations. 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article