Dossier n°57 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Jean Fleury

Année de nomination : 1964
Date de naissance : 21/02/1905
Date de décés : 04/12/1982
Profession : Prêtre des nomades internés au camp de Poitiers, supérieur du collège Saint-Joseph de Poitiers

Localisation Ville : Poitiers (86000)
DĂ©partement : Vienne
RĂ©gion : Centre-Val de Loire

L'histoire

Abbé Jean FLEURY

Le père Jean Fleury, qui vivait Ă  Poitiers, se consacra pendant l’Occupation au sauvetage de Juifs persĂ©cutĂ©s. Dans le cadre de ses fonctions sacerdotales, il se rendait tous les jours dans un camp de dĂ©tention pour Tziganes adjacent au camp de la Route de Limoges, oĂą Ă©taient internĂ©s Ă©galement des Juifs. Il y rencontrait son ami le jeune rabbin Elie Bloch, qui n’avait pas le droit de pĂ©nĂ©trer dans le camp oĂą se trouvaient ses coreligionnaires. Les deux hommes avaient de longues conversations. Le prĂŞtre communiquait au rabbin des nouvelles du camp, lui transmettait des lettres Ă©crites par les internĂ©s et l’aidait dans ses efforts pour protĂ©ger les Juifs malades ou les familles qui avaient des enfants mineurs. Le père Jean Fleury affichait ouvertement ses relations avec Élie Bloch. En fĂ©vrier 1943, le rabbin fut arrĂŞtĂ© et dĂ©portĂ© Ă  Auschwitz avec sa femme et sa fille, encore bĂ©bĂ©. DĂ©sormais le prĂŞtre assuma seul la liaison entre les Juifs du camp et le reste du monde. Il rĂ©ussit Ă  faire libĂ©rer des enfants et leur trouva des familles d’accueil. Grâce Ă  ses liens Ă©troits avec les rĂ©seaux clandestins français, il put faire passer les enfants en zone sud, après leur avoir fourni des faux papiers et des autorisations de voyage – plus d’une fois il leur donna Ă©galement de l’argent et des vivres. Après la guerre, la famille Breidick, des Juifs rĂ©fugiĂ©s dans un petit village Ă  une cinquantaine de kilomètres de Poitiers, racontèrent dans leur tĂ©moignage qu’un jour de septembre 1943, une jeune femme Ă  bicyclette vint leur dire que le père Fleury leur conseillait de s’enfuir immĂ©diatement. Elle les accompagna jusqu’Ă  une Ă©cole catholique situĂ©e Ă  proximitĂ©, et ils y passèrent la nuit. Ensuite, ils se cachèrent pendant quinze jours chez des paysans, puis furent conduits en camion dans un couvent de Poitiers oĂą le religieux les attendait. Deux jours plus tard, le père Fleury leur remit de faux papiers et des autorisations de voyage pour se rendre Ă  Lyon, oĂą il leur avait trouvĂ© un abri dans un monastère. C’est ainsi que les Breidick eurent la vie sauve. Le prĂŞtre Ă©tait mĂ» par des considĂ©rations purement humanitaires. Dans leurs tĂ©moignages, de nombreux survivants Ă©voquent avec gratitude les efforts dĂ©ployĂ©s par Jean Fleury pour les sauver. Comme l’Ă©crivit l’un d’entre eux : « Le père Fleury a aidĂ© et sauvĂ© dans la mesure de ses possibilitĂ©s, chaque homme en peine, juif, nomade ou communiste, en mettant constamment sa vie en danger. Il l’a fait par amour du prochain. » Le rabbin Joseph Bloch, père du rabbin Elie Bloch, Ă©crivait pour sa part : « Nous gardons une gratitude Ă©ternelle pour le père Fleury; dans notre conscience il a sa place au rang parmi les justes du genre humain. »

Après la guerre le père Jean Fleury devint directeur du ComitĂ© des Ĺ’uvres Sociales de la RĂ©sistance, et dans ce cadre il continua Ă  aider les survivants. Le gouvernement français le nomma chevalier de la LĂ©gion d’Honneur en hommage Ă  ses activitĂ©s.

Le 24 mars 1964, Yad Vashem – Institut International pour la MĂ©moire de la Shoah, a dĂ©cernĂ© au père Jean Fleury le titre de Juste parmi les Nations.

Documents annexes

Article de presse Article de presse
Article de presse Article de presse
Article de presse Article de presse

 




Mis Ă  jour il y a 2 mois.