Dossier n°5721 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Marcel Thumerel

Année de nomination : 1993
Date de naissance : 09/11/1895
Date de décès : 13/02/1976
Profession : Cheminot, mécanicien de la route SNCF

Adélaïde-Agathe Thumerel Camberlin

Année de nomination : 1993
Date de naissance : 09/03/1897
Date de décès : 19/03/1943
Profession :

    Localisation Ville : Lille (59000)
    Département : Nord
    Région : Hauts-de-France

    L'histoire

    M. et Mme Ingewer habitaient à Lille (Nord) avec leurs deux fils : Léon, né en 1922 et Jacques, né en 1927. Malgré l’occupation de la Belgique puis du nord de la France par les Allemands, cette famille juive décida de ne pas quitter la ville, devenue zone interdite à cause de sa proximité des frontières belge et luxembourgeoise. En septembre 1942 les nombreux Juifs demeurés à Lille et ses environs furent arrêtés et embarqués dans le train qui devait les conduire au camp de Malines (Belgique), puis en déportation vers l’est. Grâce au grand coeur et à la présence d’esprit des cheminots de Fives-Lille, membres du réseau de résistance « la Voix du Nord », les Ingewer et plusieurs autres Juifs réussirent à s’échapper, dissimulés dans des wagons stationnant sur des voies de garage. L’un des cheminots était Marcel Thumerel. Il conduisit les quatre Ingewer vers quatre cachettes différentes. Lui-même hébergea Jacques, qui dormit dans la chambre de son fils unique, jusqu’en décembre 1942. Entre temps, M. Thumerel procura aux Ingewer de faux papiers d’identité au nom de Leclercq. A la suite des bombardements intensifs des Alliés, qui visaient les usines et carrières travaillant pour la Wehrmacht, la population civile fut évacuée des quartiers exposés en décembre 1942. Marcel Thumerel trouva alors une famille d’accueil pour ses protégés à Armantières, près de la frontière belge; ils y vécurent relativement tranquillement jusqu’à la Libération. Marcel Thumerel et sa femme avaient risqué leur vie pour des raisons purement patriotiques et humanitaires, et refusèrent toute rétribution.

    Le 21 juillet 1993, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Marcel et Adélaïde-Agathe Thumerel le titre de Juste parmi les Nations.

    Documents annexes

    Acte de courage
    Article de presse - Nord eclair du 21/11/1994Article de presse – Nord éclair du 21/11/1994
    Article de presse - La voix du nord du 21/10/1994Article de presse – La voix du nord du 21/10/1994
    Article de presse - La voix du nord du 25/10/1994Article de presse – La voix du nord du 25/10/1994



    Mis à jour il y a 3 semaines.