Dossier n°5772

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1993
Hélène Robin
Année de nomination : 1993
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Professeur à la retraite

Localisation Ville : Lyon (69000)
Département : Rhône
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 26 Mars 1999

L'histoire

Au début de l’année 1941, M. et Mme Lerner et leurs trois enfants (nés en 1921, 1924 et 1926) quittèrent Reims pour se réfugier à Lyon, en zone sud. M. Lerner, qui était horloger, trouva facilement du travail. Tandis que sa fille allait à l’école, ses deux grands fils apprenaient son métier à ses côté. En 1942, la directrice du lycée, voyant le danger que couraient les Juifs de Lyon, convoqua Mme Lerner et lui conseilla de retirer sa fille de son établissement. Un professeur accepta de lui donner des cours à domicile. Peu après, les Juifs en furent réduits à se cacher pour éviter l’arrestation et la déportation. Le professeur adressa alors la famille Lerner à Hélène Robin, une collègue à la retraite, qui accepta, sans la moindre contrepartie, d’héberger les Lerner dans son appartement lyonnais. La situation des Juifs s’aggravant et les perquisitions et descentes se multipliant, Hélène Robin décida de mettre les Lerner en sécurité hors de la ville. Elle les aida à louer une maison à Roissat (Ain) en face de la maison de campagne dont elle était propriétaire et, avec l’assistance d’un prêtre, réussit à leur procurer de faux papiers d’identité au nom de Lernier. La famille put ainsi vivre tranquillement à Roissat jusqu’au 16 avril 1944. Ce jour là, une unité de la Wehrmacht fit son entrée au village et fouilla maison par maison. Les deux garçons, qui s’étaient cachés dans le grenier de la maison d’Hélène Robin, furent capturés. L’aîné, qui avait des papiers selon lesquels il était enrôlé dans le service du travail obligatoire, fut relâché; Louis, son frère, fut déporté à Buchenwald. Par bonheur, il survécut. Le lendemain, Hélène Robin vint chercher les autres membres de la famille et les ramena à Lyon où une personne de sa connaissance avait accepté de les prendre comme locataires. Ils vécurent ainsi jusqu’à la Libération de Lyon en septembre 1944. Les relations d’amitié entre les Lerner et la courageuse retraitée se poursuivirent, intactes, jusqu’au décès d’Hélène Robin.

Le 21 juillet 1993, Yad Vashem a décerné à Hélène Robin le titre de Juste parmi les Nations. 

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article