Dossier n°5847 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Robert Ruscassié

Année de nomination : 1993
Date de naissance : 10/04/1913
Date de décès : //
Profession : Industriel Textile

    Localisation Ville : Gramat (46500)
    Département : Lot
    Région : Occitanie

    L'histoire

    Plusieurs familles juives qui avaient fui Paris en juin 1940 à l’approche des Allemands avaient trouvé refuge à Gramat (Lot). Les Goldstein, les Zysman et les Fiszbin purent gagner dignement leur vie grâce à Robert Ruscassier, qui embaucha plusieurs d’entre eux dans son usine de confection. Résistant, l’industriel était résolu à aider les Juifs bravant l’interdiction de les employer et malgré les lourdes peines qu’il risquait. En mai 1944, la division Das Reich fit irruption dans la ville, semant la terreur. Le jeune Marcel Goldstein, seize ans, voyant approcher la longue file de motocyclettes, courut prévenir sa famille et les autres juifs. Beaucoup n’eurent pas le temps de fuir. Quinze Juifs, dont quatre enfants, furent arrêtés. M. Ruscassié et l’instituteur du village, faisant preuve d’un grand courage, allèrent chercher les quatre jeunes et ils les cachèrent à l’école et chez Robert. Au cours des jours suivants, celui-ci s’employa à trouver un refuge pour deux jeunes dont plusieurs membres de la famille avaient été arrétés : Charles Goldstein, dix-sept ans et demi, et son cousin Pierre, âgé de cinq ans. Malgré les risques et les obstacles rencontrés en route, il les conduisit lui-même, dans son camion, jusqu’à un monastère de Luzech, où ils vécurent jusqu’à la Libération. Il se chargea également de placer dans des familles d’accueil Colette Zysman, trois ans et demi, et son frère Maurice, neuf ans, ainsi qu’Éliane Fiszbin, treize ans, et son frère Emile d’un an son aîné. Ces enfants survécurent tous à l’Occupation. Après la guerre, Félicie Zysman, 19 ans, l’une des deux seuls survivants de la rafle, revint à Gramat. Robert Ruscassié lui remit les objets précieux que son père lui avait confiés avant son arrestation. Robert Ruscassié avait fait preuve d’une grande détermination et d’un grand courage.

    Le 26 septembre 1993, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah,  a décerné à Robert Ruscassié le titre de Juste parmi les Nations.

    Documents annexes

    Invitation cérémonie RuscassiéInvitation cérémonie Ruscassié
    Article de presse - L'écho du centre du 30/05/1994Article de presse – L’écho du centre du 30/05/1994
    Article de presse - L'auvergnat 10/1992Article de presse – L’auvergnat 10/1992
    Article de presse - La dépêche du midi 10/1992Article de presse – La dépêche du midi 10/1992
    Article de presse - Actualité juive 10/1992Article de presse – Actualité juive 10/1992
    Article de presse 10/1992Article de presse 10/1992
    Article de presse - Le sillon de 05/1994Article de presse – Le sillon de 05/1994
    Article de presse - Le Populaire du Centre du 30/05/1994Article de presse – Le Populaire du Centre du 30/05/1994
    Article de presseArticle de presse
    Article de presseArticle de presse

     




    Mis à jour il y a 11 mois.