Dossier n°6121 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1994

Marie-Louise Coiraton Gouttebaron

Année de nomination : 1994
Date de naissance : 20/09/1910
Date de décés : //
Profession : Directrice d’internat, fondatrice d’un pensionnat : « l’Ecole en plein air des Alpes »

Prosper Coiraton

Année de nomination : 1994
Date de naissance : 16/07/1903
Date de décés : //
Profession : Directeur d’internat, fondateur d’un pensionnat : « l’Ecole en plein air des Alpes »

Localisation Ville : Gières (38610)
Département : Isère
RĂ©gion : Auvergne-RhĂ´ne-Alpes

L'histoire

Bien avant la guerre, Prosper Coiraton et sa femme Marie-Louise avaient fondĂ© l’Ecole de plein air des Alpes, un pensionnat situĂ© Ă  Gières, Ă  sept kilomètres de Grenoble dans l’Isère. Ce dĂ©partement Ă©tait l’un de ceux que les Allemands avaient laissĂ© sous contrĂ´le italien quand ils avaient occupĂ© le sud de la France en novembre 1942. L’Ecole de plein air accueillait les enfants de six Ă  dix ans. Le matin, ils suivaient normalement les cours; l’après-midi Ă©tait consacrĂ©e aux jeux et au sport dans le grand parc de l’Ă©tablissement. Pendant la guerre, il comptait une centaine de pensionnaires, des catholiques pour la plupart. Un certain nombre d’enfants juifs vinrent s’inscrire pour l’annĂ©e 1943/1944, soit après l’Occupation de la zone sous contrĂ´le italien par les Allemands en septembre 1943. L’Ă©cole admit environ 40 pensionnaires juifs tandis que plusieurs jeunes femmes juives Ă©taient embauchĂ©es comme enseignantes ou pour s’occuper des enfants. Un fonctionnaire travaillant Ă  la police de Grenoble aidait Prosper Coiraton Ă  obtenir de faux papiers d’identitĂ© pour les Ă©lèves juifs. En dĂ©pit du grand risque qu’il prenait en accueillant des Juifs dans son Ă©tablissement, le directeur ne rejeta aucune demande d’admission. Il insistait seulement pour que les enfants se conduisent comme leurs camarades chrĂ©tiens. Tous allaient donc Ă  la messe le dimanche, simplement les petits juifs prenaient place sur les bancs du fond. Louis Graubar Ă©tait l’un d’entre eux. Ses parents Ă©taient des Juifs polonais. Le père s’Ă©tait Ă©chappĂ© par deux fois d’un camp de travail. Lorsque les Allemands firent leur entrĂ©e dans le dĂ©partement, M. Graubar demanda Ă  Prosper Coiraton d’admettre le garçonnet, âgĂ© de huit ans. Il ajouta que s’il leur arrivait quelque chose, Ă  lui ou Ă  sa femme, il comptait sur le directeur pour envoyer Louis chez son oncle qui vivait aux Etats-Unis. En acceptant d’accueillir l’enfant, le couple Coiraton lui sauva la vie. La police allemande procĂ©da souvent Ă  des contrĂ´les dans l’Ă©cole, mais elle n’y trouva jamais aucun enfant juif.

Le 22 mai 1994, l’Institut Yad Vashem de jĂ©rusalem a dĂ©cernĂ© Ă  Prosper et Marie-Louise Coiraton le titre de Juste parmi les Nations.

Marie-Louise et Prosper COIRATON

Marie-Louise et Propser COIRATON

Documents annexes

Article de presse - Le DauphinĂ© LibĂ©rĂ© du 1-03- 1995 Article de presse – Le DauphinĂ© LibĂ©rĂ© du 1-03- 1995
19 novembre 2017 10:45:22

Articles annexes