Dossier n°6134

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1994
Henri Cholet
Année de nomination : 1994
Date de naissance : 04/02/1895
Date de décés : 19/04/1962
Profession : ouvrier d’usine

Jeanne Cholet Hauet
Année de nomination : 1994
Date de naissance : 30/05/1900
Date de décés : 25/03/1996
Profession : Employée

Localisation Ville : Soissons (2200)
Département : Aisne
Région : Hauts-de-France

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

A Soissons (Aisne) Henri Cholet, ouvrier d’usine, et sa femme Jeanne, ont recueilli et sauvé une collégienne juive, Marie-Claude Cahen, 13 ans. Le 4 janvier 1944, les parents de celle-ci, commerçants et employeurs de Jeanne Cholet avaient été arrêtés, puis déportés, alors que Marie-Claude était en classe. Des voisins compatissants la conduisirent en camionnette, dissimulée derrière des sacs de charbon, à Crécy-au-Mont, chez Eugène Bouchard (q.v.), un instituteur ami des Cahen. Mais devant les réactions du voisinage, nettement préoccupantes, il dut, au bout de deux semaines, ramener Marie-Claude chez les Cholet. Mais comme, à Soissons, les Allemands la recherchaient toujours, il fut décidé de tenter de la conduire à Chamonix, chez une amie de ses parents prête à l’accueillir. Henri obtint de son employeur un congé d’une semaine. Les Cholet se procurèrent une fausse carte d’identité pour Marie-Claude, la travestirent en lui faisant porter des lunettes et en changeant sa coupe de cheveux, puis Henri l’emmena en train à Chamonix, via Paris. Marie-Claude se souvient : « Cet homme simple et bon risquait sa vie. Dans le train il y a eu des contrôles. Il m’a raconté que je pleurais beaucoup… Il est bien rentré de ce voyage au grand soulagement de sa femme et de tous. Il a repris son travail à l’usine tout simplement. »

Le 31 mai 1994, Yad Vashem a décerné à Henri et Jeanne Cholet le titre de Juste des Nations.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes