Dossier n°6187 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1994

Jeanne Laurent Thenenet

Année de nomination : 1994
Date de naissance : 15/05/1922
Date de décès : 07/05/2010
Profession : Agricultrice

Pierre Thévenet

Année de nomination : 1994
Date de naissance : 09/11/1886
Date de décès : 26/06/1963
Profession : Apiculteur

Marguerite Thévenet Sablonnière

Année de nomination : 1994
Date de naissance : //
Date de décès : 18/06/1963
Profession : Agricultrice

    Localisation Ville : Saint-Laurent-Rochefort (42130)
    Département : Loire
    Région : Auvergne-Rhône-Alpes

    L'histoire

    Jeanne Thévenet et son frère Marcel exploitaient la ferme de leurs parents, Marguerite et Pierre, à Collet (Loire). En avril 1944, à la demande de l’ »Aide aux mères » de Saint-Etienne, dont les responsables Juliette Vidal (q.v.) et Marinette Guy (q.v.) coopéraient étroitement avec le mouvement scout juif EIF, Marguerite et Pierre Thévenet acceptèrent d’héberger Jacques Bloch. Agé de 13 ans, il était le quatrième des 10 enfants d’une famille juive réfugiée de Strasbourg. Jeanne, qui avait alors 20 ans, se chargea de veiller à la sécurité et au bien-être du jeune adolescent. Après une brève et habile mise au courant, elle fit de lui le berger de la ferme. Le dimanche, elle se rendait avec lui à l’église. Faisant preuve d’une fraternelle sollicitude, Jeanne avait encouragé le jeune réfugié juif à réciter mentalement les prières juives pendant la durée de la messe. Au cours de l’été, les opérations de détachements militaires allemands et de la Milice devinrent de plus en plus fréquentes dans la région, faisant des victimes parmi les Juifs et les combattants de la Résistance. Les Thévenet bravèrent ces dangers avec un inébramlable sang-froid. Après la Libération, Jacques Bloch resta plusieurs mois encore sous la garde affectueuse de Jeanne, jusqu’au regroupement laborieux des nombreux membres de la famille Bloch.

    Le 10 août 1994, l’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Jeanne Laurent née Thévenet et à ses parents, Marguerite et Pierre Thévenet, le titre de Juste parmi les Nations.

    Documents annexes

    Aucun document

    Articles annexes

    Aucun autre article