Dossier n°6272

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1994
Simone May Rivière
Année de nomination : 1994
Date de naissance : 14/12/1904
Date de décés : 08/04/2004
Profession :

Localisation Ville : Agen (47000)
Département : Lot-et-Garonne
Région : Nouvelle-Aquitaine

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Simone Rivière vivait à Agen (Lot-et-Garonne). En septembre 1942, elle contacta le rabbin Simon Fuks, qui avait quitté Colmar, en Alsace, pour se réfugier à Agen, et lui proposa de venir en aide aux membres de sa communauté en cas de besoin. Elle lui révéla avoir épousé Louis May, un juif allemand. Au début, elle était persuadée que le fait d’avoir une épouse française le mettrait en sécurité. Mais, devant l’aggravation de la situation des Juifs, elle décida de tenter de le faire passer clandestinement en Suisse et se déclara prête à envoyer avec lui deux enfants juifs. Elle fournit de faux papiers aux trois fugitifs qui arrivèrent sains et saufs à destination. Par l’intermédiaire du rabbin, elle aida d’autres enfants juifs que leurs parents voulaient faire sortir clandestinement de France pour les mettre en sûreté à l’étranger. Par ces actes courageux, elle prenait de grands risques. Louis May rentra en France après la guerre et retrouva Simone. Tous deux demandèrent au rabbin Fuks de convertir la jeune femme, qui avait lié sa destinée à celle des Juifs et du judaïsme. Le rabbin accepta volontiers et célébra lui-même le mariage religieux de Louis May et de Simone Rivière.

Le 16 août 1994, Yad Vashem a décerné à Simone Rivière épouse May, le titre de Juste parmi les Nations. 

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article