Dossier n°6316

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1994
Maurice Trelut
Année de nomination : 1994
Date de naissance : 30/07/1881
Date de décés : 15/02/1945
Profession : Maire de Tarbes, vétérinaire

Localisation Ville : Tarbes (65000)
Département : Hautes-Pyrénées
Région : Occitanie

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Maurice Trélut, né en 1881, était maire de Tarbes (Hautes-Pyrénées). Patriote, il s’opposait aux Allemands et secourut des Résistants et des Juifs en fuite. Il les envoyait à l’hôpital de la ville, tenu par des religieuses sous la direction de Mère Anne-Marie Llobet (q.v.). Celle-ci plaçait les fugitifs dans l’aile des contagieux, où les Allemands n’aimaient guère pénétrer. Néanmoins le risque d’être découvert restait grand et quiconque aidait les Juifs était passible de peines extrémement lourdes, pouvant aller jusqu’à la déportation. Joseph Beigheldrut, Juif roumain qui avait cherché refuge en France, s’était engagé dans la Légion étrangère dès la déclaration de guerre. Fait prisonnier en décembre 1939, il s’évada en 1941 et après bien des vicissitudes arriva à Tarbes où il fut embauché dans une tannerie. Le 2 novembre 1943, des agents de la Gestapo se présentèrent à son domicile pour l’arrêter. Heureusement il venait de partir au travail. Un voisin qui savait où il travaillait l’avertit de ne pas rentrer chez lui et des amis juifs lui conseillèrent de s’adresser à Maurice Trélut. Ce dernier l’envoya immédiatement à l’hôpital, lui sauvant ainsi la vie. Lors de son séjour dans l’aile des contagieux, Joseph Beigheldrut rencontra d’autres « pseudo-malades » cachés là grâce au maire. Ayant démasqué ses activités, la Gestapo arrêta Maurice Trélut, et le déporta à Buchenwald, où le maire paya de sa vie son courage et sa générosité.

Le 2 novembre 1994, Yad Vashem a décerné à Maurice Trelut le titre de Juste parmi les Nations. 

Documents annexes

Article de presse - La dépêche du 11/05/2010 Article de presse – La dépêche du 11/05/2010
4 janvier 2014 09:46:41

Articles annexes

Aucun autre article