Emile Dallière
Année de nomination : 1994
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : pasteur protestant

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire

Cérémonies



    Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


    L'histoire

    Lorsque la seconde guerre mondiale éclata, les A. vivaient à Paris avec leur petit garçon, Philippe, né en 1938. En juin 1940 le nord de la France fut occupé et M. A. disparut. L’enfant fut remis à ses grands-parents qui habitaient Enghien-les-Bains, au nord de la capitale. Angoissés par le risque d’être arrêtés par la Gestapo, les grands-parents décidèrent de confier Philippe à une famille chrétienne,afin d’assurer sa protection. Ils prirent contact avec un pasteur protestant, qui leur conseilla de s’adresser à son ami le pasteur Émile Dallière, qui venait parfois le dimanche à Enghien prêcher au temple. C’est ainsi qu’au printemps de l’année 1943, l’enfant arriva chez les Dallière à Évreux, dans l’Eure. Chaleureusement accueilli, il dut s’habituer à de nouvelles coutumes et à son nouveau nom : Philippe Marion. Toutefois, l’affection et la bonté du pasteur et de sa femme lui permirent de surmonter la séparation d’avec sa famille et les traditions du judaïsme. Au printemps de l’année 1944, les Alliés bombardèrent Évreux, prélude au débarquement en Normandie. Les dégâts furent considérables et la maison du pasteur fut détruite; par bonheur, les Dallière et le petit Philippe avaient eu le temps de descendre dans l’abri anti-aérien. Le pasteur décida de mettre l’enfant en lieu sûr hors de la ville et le confia à Marie Bailly (q.v.) une amie de la famille qui habitait à Romainville. Philippe vécut chez elle resta jusqu’à ce que sa mère vienne le chercher, après la Libération. Le contact fut perdu pendant de nombreuses années entre le pasteur et l’enfant qui lui devait la vie. Ce n’est qu’en 1986 qu’au cours d’une rencontre émouvante Philippe découvrit comment il avait été sauvé.

    Le 14 décembre 1994, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné au pasteur Émile Dallière le titre de Juste parmi les Nations.




    Mis à jour il y a 9 mois.