Dossier n°640

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1971
André Perrot
Année de nomination : 1971
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Electricien

Jane Perrot
Année de nomination : 1971
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession :

Localisation Ville : Sèvres (92310)
Département : Hauts-de-Seine
Région : Île-de-France

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

André et Jane Perrot habitaient à Sèvres dans la région parisienne; André était électricien. En octobre 1942, ils entendirent des bruits insolites venant de l’appartement de leurs voisins, les Baron. Des gendarmes français étaient venus arrêter M. Baron. Sa femme et leur fille Jacqueline n’étaient pas à la maison. André et Jane réussirent à savoir où se trouvait Mme Baron et la firent prévenir par un ami de ne pas rentrer chez elle, lui conseillant de se rendre chez la soeur d’André à Paris. Elle y demeura plusieurs jours, jusqu’à ce qu’on lui trouve une cachette dans un petit village à côté de Chartres. Quant à Jacqueline, le soir-même de l’arrestation de son père, André et Jane allèrent la chercher à l’école. Ils lui expliquèrent que ses parents avaient dû partir à l’improviste et qu’elle allait loger chez eux. Le couple, qui n’avait pas d’enfants, traita la petite comme si elle était leur fille, lui prodiguant son affection. Pour sa protection ils l’inscrivirent dans une école catholique afin qu’on ne soupçonne pas qu’elle était juive. Toujours pour la sécurité de l’enfant, les Perrot ne cherchèrent pas à lui obtenir une carte d’alimentation et partagèrent avec elle leurs propres rations. Ils ne demandèrent jamais la moindre rétribution à sa mère, à laquelle ils donnaient régulièrement des nouvelles de sa fillette. Par mesure de sécurité, cette dernière ignorait ces contacts. Jacqueline vécut chez André et Jane Perrot jusqu’à la Libération; sa mère put alors quitter sa cachette et venir la chercher.

Le 2 février 1971, Yad Vashem a décerné à André et à Jane Perrot le titre de Juste parmi les Nations. 

André et Jeanne PERROT

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article