Dossier n°6586 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Dolinda Luciani

Année de nomination : 1995
Date de naissance : 11/01/1913
Date de décès : 07/01/2016
Profession : Employée de bureau
    Localisation Ville : Paris (75014)
    Département : Paris
    Région : Ile-de-France

    Lieu de mémoire

    L'histoire

    Pendant la guerre, Dolinda Luciani habitait dans le 14ème arrondissement de Paris. La jeune femme, qui avait 27 ans en 1940, vivait seule. Les Gordon, Juifs originaires d’Estonie, avaient une teinturerie dans le même quartier. La famille comprenait la grand-mère, qui installée en France bien avant la guerre, avait la nationalité française, le couple Gordon et leur fille Sara. Dolinda Luciani était cliente de la teinturerie. Elle savait que les Gordon étaient juifs, et quand Paris fut occupé, leur dit à plusieurs reprises qu’ils pourraient compter sur elle en cas de besoin. Catholique pratiquante, elle agissait pour des raisons purement humanitaires, convaincue « qu’il fallait sauver tous ceux qui pouvaient être sauvés des griffes nazies ». En 1942, alors que le couple Gordon rentrait chez lui avec Sara après le travail, ils virent la vieille madame Gordon à la fenêtre leur faire signe de s’enfuir. Une rafle était en cours et il n’y avait pas une minute à perdre. Se rappelant l’offre de Dolinda, ils coururent se réfugier chez elle. Ils devaient rester un an dans son appartement exigu, ne lui remettant qu’une somme modique pour payer leur écot. Pendant la journée, la jeune femme allait au travail, et les Gordon gardaient le silence le plus profond pour ne pas attirer l’attention. Dolinda courait un énorme danger en hébergeant des Juifs pendant une aussi longue période. Elle allait rendre visite de temps en temps à la vieille madame Gordon, qui n’avait pas été inquiétée, s’assurait qu’elle allait bien et rapportait divers objets à ses protégés qui étaient arrivés chez elle sans le moindre bagage. Quand elle avait de la visite, ils se cachaient dans la petite chambre, en observant un silence absolu. Finalement, la situation des Juifs à Paris devenant de plus en plus dangereuse, les Gordon décidèrent de tenter de passer en zone sud. Ils réussirent à franchir la ligne de démarcation et trouvèrent refuge chez des parents.

    Le 13 décembre 1995, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Dolinda Luciani le titre de Juste parmi les Nations.

     




    Mis à jour il y a 1 mois.