Dossier n°663 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Jean Parent

Année de nomination : 1970
Date de naissance : //
Date de décès : //
Profession : Abbé, aumônier militaire, vicaire de l’église Saint Just à Lyon

    Localisation Ville : Lyon (69000)
    Département : Rhône
    Région : Auvergne-Rhône-Alpes

    Personnes sauvées

    Cérémonies

    L'histoire

    En octobre 1940, l’Abbé Jean Parent, aumônier militaire évadé du camp de prisonniers de guerre en Allemagne où il était détenu, devint le vicaire de l’église St-Just à Lyon (Rhône). Ralliant la Résistance, il s’employa à sauver des Juifs en mobilisant des religieux qu’il connaissait dans divers couvents et monastères. Il arriva ainsi à trouver des cachettes pour des dizaines de Juifs, et notamment pour la famille Kulb. Adolphe Kulb s’était réfugié à Lyon avec sa femme et leurs deux enfants. Lors des grandes rafles d’août 1942, ils se trouvaient en grand danger. L’abbé Parent plaça temporairement Adolphe et son fils au petit séminaire de St.Just tandis que Mme Kulb et sa fille étaient cachées dans un couvent. Lorsqu’il devint nécessaire de trouver un autre abri, l’abbé hébergea les enfants chez lui. La santé d’Adolphe Kulb avait été profondément ébranlée par les épreuves. L’abbé ne ménagea pas ses efforts pour remonter le moral de cette famille dont il s’était fait le protecteur. Grâce à des camarades de la Résistance, il put lui procurer de faux papiers d’identité et des cartes d’alimentation. En août 1943, les Kulb, qui cherchaient un nouvel asile, purent ainsi partir à Tourette, près de Craponne dans la banlieue de Lyon, où ils vécurent jusqu’à la fin de l’Occupation.

    Le 21 juillet 1970, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à l’abbé Jean Parent le titre de Juste parmi les Nations.




    Mis à jour il y a 10 mois.