Dossier n°6653

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1995
Edouard Badon
Année de nomination : 1995
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : agriculteur

Emilie Badon
Année de nomination : 1995
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : Agricultrice

Jean Badon
Année de nomination : 1995
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : agriculteur

Monette Badon
Année de nomination : 1995
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : agricultrice

Localisation Ville : Puy-Saint-Martin (26450)
Département : Drôme
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

La famille Perele – le père, la mère, les jumelles (nées en 1939), les deux grand-mères et les deux soeurs de madame Perele, qui étaient encore adolescentes au début de la guerre – vivait à Montélimar dans la Drôme. Les deux frères de madame Perele militaient dans une cellule locale de la Résistance. Dans la nuit du 22 octobre 1943, à la suite d’une dénonciation, les soldats allemands envahirent la maison des Perele, tuèrent le mari d’un coup de baïonnette et arrêtèrent madame Perele qui fut incarcérée dans la prison municipale. Les soldats n’avaient pas inquiété les deux grand-mères et les soeurs, sans doute parce que les jumelles, alors âgées de quatre ans, étaient atteintes de la scarlatine. Après le départ des soldats allemands, les jeunes filles réussirent à contacter l’un de leurs frères résistants; ce dernier envoya un ami, Badon, la nuit même. L’ami emmena les six femmes chez lui. Il possédait une ferme à Puy-St-Martin, village situé à quinze kilomètres au nord est de Montélimar. Les Badon, des protestants, étaient opposés à la politique de Vichy. Ils accueillirent sans hésitation les Perele, qui arrivaient chez eux à l’improviste – et ne demandèrent aucune contrepartie. Ils mettaient ainsi en application leurs principes religieux et humanitaires. Les six jeunes juives vécurent chez les Badon jusqu’à la fin de l’année 1945. Traitées comme des membres de la famille, les jumelles, Micheline et Claudine trouvèrent des amis en la personne des enfants Badon, Jean et Monette. Sans la tragédie qui avait précipité leur arrivée, les Perele auraient coulé des jours heureux chez leurs sauveurs. Les deux familles restèrent en contact après la guerre et après la mort des Badon, continuèrent à correspondre avec Jean et Monette.

Le 31 juillet 1995, Yad Vashem a décerné à Edouard Badon, sa femme Emilie et leurs enfants Jean et Monette le titre de Juste des Nations. 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article