Dossier n°6674A

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1995
Denise Roy Velu
Année de nomination : 1995
Date de naissance : 21/09/1911
Date de décés : 07/01/2015
Profession : Institutrice

Pierre Roy
Année de nomination : 1995
Date de naissance : 04/02/1909
Date de décés : //
Profession : Instituteur

Localisation Ville : Montréjeau (31210)
Département : Haute-Garonne
Région : Occitanie

Personnes sauvées



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

Pierre et Denise Roy étaient instituteurs à l’école primaire de Montrejeau (Haute-Garonne), une commune située à trente-cinq kilomètres de la frontière espagnole. Les autorités de Vichy y avaient assigné à résidence plusieurs familles de Juifs qui n’avaient pas la nationalité française, et notamment Manes et Rejzel Askienazy et leurs deux fils Alexandre et Serge, nés en 1931 et en 1937. Grâce au courage et à la détermination d’un certain nombre d’habitants de Montrejeau opposés à la politique de Vichy et à l’occupant, ces familles eurent la vie sauve. Lorsque les Allemands envahirent la zone libre en novembre 1942, la situation des Juifs devint périlleuse. Laissant Alexandre chez une famille locale, les Dufor (q.v.) les Askienazy décidèrent de tenter de franchir la frontière suisse à proximité d’Annecy (Haute-Savoie). Pierre et Denise Roy les aidèrent à quitter Montrejeau. Au début de l’année 1943, Pierre prit le train pour Annecy avec le petit Serge et Rejzel, à laquelle Denise avait donné sa propre carte d’identité. L’entreprise était risquée du fait du grand nombre de contrôles méticuleux auxquels étaient soumis les voyageurs. Par chance ils arrivèrent à Annecy sans encombre, et Rejzel réussit à passer en Suisse. Manes, lui, franchit la frontière un peu plus tard grâce à de faux papiers. Quelques semaines après, les Roy aidèrent une autre famille juive, parente des Askienazy, à prendre la fuite.

Le 13 juin 1995, l’institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné à Pierre et Denise Roy le titre de Juste parmi les Nations.

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article