Dossier n°6805 - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Edmond Michelet

Année de nomination : 1995
Date de naissance : 08/10/1899
Date de décès : 09/10/1970
Profession : Animateur du mouvement démocrate chrétien, chef régional du groupe COMBAT

    Localisation Ville : Brive-la-Gaillarde (19100)
    Département : Corrèze
    Région : Nouvelle-Aquitaine

    L'histoire

    Lorsque la guerre éclata, Edmond Michelet était l’un des dirigeants du Parti chrétien démocrate. En 1940, après la défaite de la France, il mit sur pied un réseau de résistance à Brive-la-Gaillarde (Corrèze), où il habitait, et se consacra à l’aide aux victimes du régime de Vichy. Il était employé par l’organisation officielle d’aide sociale « Secours National », ce qui le mettait en contact avec des personnes en détresse, juives ou non. Rose Warfman, une assistance sociale chargée par l’UGIF des contacts avec le Secours National, lui rendait visite secrètement et sans rendez-vous au moins une fois par semaine. Elle était censée s’occuper de la distribution de ravitaillement aux réfugiés juifs de la ville. En fait, Edmond Michelet profitait de ces visites pour lui remettre de faux papiers – cartes d’identité, cartes d’alimentation et convocations chez des médecins spécialistes. Il traitait l’assistante sociale avec chaleur et sympathie et faisait de son mieux pour accéder à ses demandes, malgré les risques considérables qu’il courait. Ce chrétien pratiquant n’était mu que par des considérations humanitaires, morales et religieuses. Sauver des vies humaines était à ses yeux tant un devoir sacré qu’un impératif religieux. Il réussit notamment à placer douze jeunes juives et deux adultes dans un couvent à Aubazines, non loin de Brive. L’une des jeunes filles ainsi sauvées, Betty Dornfest, s’établit à Tel-Aviv. Edmond Michelet poursuivit courageusement son œuvre, au mépris du danger. Au début de 1943 il fut arrêté par la Gestapo et déporté à Dachau. Même dans ce camp, Michelet devint la providence de nombre de ses codétenus. Il fut l’un des rares survivants de ce camp et put rentrer en France après la défaite de l’Allemagne. Poursuivant sa carrière politique, il exerça de très hautes responsabilités. Edmond Michelet fut ministre de la justice et ministre de la culture de la 5ème République.

    Le 10 septembre 1995, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Edmond Michelet le titre de Juste parmi les Nations. 

    Documents annexes




    Mis à jour il y a 11 mois.