Dossier n°6871 - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1996

Kléber Grosset

Année de nomination : 1996
Date de naissance : //
Date de décés : //
Profession : employĂ© dans une compagnie d’Ă©lectricitĂ©

Rose Grosset Souverain

Année de nomination : 1996
Date de naissance : //
Date de décés : 15/03/1992
Profession : sans profession

Localisation Ville : Larchant (77760)
DĂ©partement : Seine-et-Marne
RĂ©gion : ĂŽle-de-France

Personnes sauvées

L'histoire

KlĂ©ber et Rose Grosset habitaient Larchant, petite commune situĂ©e près de Nemours en Seine-et-Marne. Le couple n’avait pas d’enfants et vivait modestement. KlĂ©ber travaillait Ă  l’ElectricitĂ© de France et Rose Ă©tait au foyer. Un jour, en 1942, une femme se prĂ©senta chez eux avec ses deux enfants. Madame Borksztein, une juive, expliqua que son mari avait rĂ©ussi Ă  passer la ligne de dĂ©marcation et qu’elle voulait le suivre; elle souhaitait laisser Sarah, treize ans, et Armand, deux ans et demi, chez les Grosset. Rose commença par refuser, mais lorsqu’elle vit le petit garçon jouer avec la bicyclette de son mari, son coeur se remplit de pitiĂ© et elle se dĂ©clara prĂŞte Ă  accueillir le petit – sans sa soeur. Pendant les quatre annĂ©es suivantes, Armand vĂ©cut chez les Grosset qui l’Ă©levèrent comme leur propre fils. PlacĂ©e dans une autre famille, Sarah, incapable de s’y habituer, fut si malheureuse que sa mère vint la reprendre. Toutes deux tentèrent de franchir la ligne de dĂ©marcation pour rejoindre M. Borksztein. Elles furent arrĂŞtĂ©es et livrĂ©es aux Allemands et dĂ©portĂ©s Ă  Auschwitz, oĂą elles pĂ©rirent. Pendant ce temps, les Grosset continuaient de s’occuper du petit Armand, malgrĂ© la menace constante d’une dĂ©nonciation, des Allemands, de la milice. Il vĂ©cut chez eux jusqu’Ă  la LibĂ©ration, puis encore deux ans, au bout desquels son père vint le chercher. Les Grosset considĂ©raient Armand comme leur fils, et pendant longtemps il vit en eux ses parents adoptifs. Il se lia d’une amitiĂ© profonde avec Jacques, le fils nĂ© aux Grosset trois ans après son dĂ©part – malgrĂ© la douleur que lui causait le refus de Rose et KlĂ©ber d’hĂ©berger sa soeur, ce qui lui aurait peut-ĂŞtre sauvĂ© la vie.

Le 24 octobre 1995, Yad Vashem a décerné à Kleber et Rose Gosset le titre de Juste parmi les Nations.

 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article