René Muller
Année de nomination : 1996
Date de naissance : 13/09/1902
Date de décés : 07/09/1995
Profession : enseignant, proviseur adjoint du lycée de garçons Vaugelas, censeur

Localisation Ville : Chambéry (73000)
Département : Savoie
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire



Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.


L'histoire

René Muller, enseignant originaire d’Alsace, était directeur adjoint du lycée de garçons Vaugelas à Chambéry (Savoie). Hostile au régime d’Occupation, il avait rallié la Résistance. Le lycée comptait un grand nombre d’élèves, parmi lesquels douze Juifs. Certains d’entre eux étaient venus se réfugier dans la ville, d’autres y résidaient de longue date. Plusieurs étaient inscrits sous des noms d’emprunt. Un matin de janvier 1944, René Muller apprit que des agents de la Gestapo étaient en route pour venir arrêter ses élèves juifs. Il se précipita dans la classe où se trouvait Paul Honigman et lui dit de fuir car les Allemands arrivaient. Il passa ensuite de classe en classe pour prévenir tous les Juifs qui réussirent à s’échapper en sautant par la fenêtre. Arrivés quelques minutes plus tard les agents de la Gestapo ne trouvèrent personne. Trois des fugitifs – Jacques Zederman, Max Tenenbaum et Paul Honigman – étaient cousins. Paul se rendit immédiatement au domicile de Pierre Chambre (q.v.) son professeur de littérature française. Deux ans plus tôt, ce professeur lui avait demandé s’il était juif. L’adolescent avait répondu par l’affirmative. Pierre Chambre lui avait alors dit : « Ma porte vous est ouverte à toute heure du jour et de la nuit. » René Muller et Pierre Chambre n’étaient pas seulement collègues, ils faisaient tous deux de la Résistance. René Muller allait avertir les enfants juifs et leurs parents de l’irruption des Allemands et Pierre Chambre se chargeait de leur trouver des cachettes et de leur procurer de faux papiers.

Le 10 juin 1996, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à René Muller le titre de Juste parmi les Nations.

 

Les médias externes :







Mis à jour il y a 3 mois.