Dossier n°7219

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1996
Elisabeth Rivet
Année de nomination : 1996
Date de naissance : 19/01/1890
Date de décés : //
Profession : Supérieure du couvent de la Compassion,Directrice de trois instititions religieuses

Localisation Ville : Lyon (69000)
Département : Rhône
Région : Auvergne-Rhône-Alpes

Personnes sauvées

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 13 Avril 1997

L'histoire

Elisabeth Rivet était la Mère supérieure du couvent de La Compassion à Lyon. Elle dirigeait également trois autres institutions religieuses et notamment un foyer pour jeunes filles avec un atelier de couture et de broderie. Selon des témoignages concordants, Elisabeth Rivet admit de nombreuses jeunes femmes juives, ainsi que des bébés et des enfants, dans ces établissements. Elle se chargeait aussi de trouver des cachettes pour les Juifs plus âgés hébergés temporairement au couvent. La religieuse appartenait à une filière clandestine qui regroupait les dirigeants de la communauté juive de Lyon, des Eclaireurs Israélites de la région ainsi que des sauveteurs qui n’étaient pas juifs. Elle faisait également partie de la Résistance et, à ce titre, n’hésitait pas à dissimuler des armes et des munitions dans les institutions dont elle avait la charge. Le 25 mars 1944, Mère Elisabeth Rivet fut arrêtée par la Gestapo. Après plusieurs mois de prison et de tortures, elle fut déportée à Ravensbrück où elle périt le 30 mars 1945. Aurélie Leenders, née Gutstein, fut l’une des nombreuses juives auxquelles Elisabeth Rivet a sauvé la vie. Vers la fin de l’année 1942, la jeune femme, qui résidait à Lyon avec sa soeur, fit la connaissance des propriétaires d’un magasin de confection qui se fournissait à l’atelier du couvent de La Compassion. Dans leur boutique, Aurélie rencontra un jour une jeune fille venue livrer les chemises faites au couvent. Elle lui demanda comment y avoir accès; la jeune fille lui conseilla de s’adresser à la Mère supérieure. Lorsqu’Elisabeth Rivet apprit la douloureuse situation des deux soeurs, elle les admit au couvent et à l’atelier. Les deux femmes reçurent un uniforme et un travail, et demeurèrent au couvent jusqu’à la fin de l’Occupation. La Mère supérieure s’occupait d’elles et leur prodiguait ses encouragements. En 1979, la ville de Lyon donna le nom de Mère Elisabeth Rivet à une des rues de la ville. Trois rabbins français prirent part à la cérémonie et remirent un diplôme glorifiant la mémoire et la bravoure de la religieuse qui avait donné sa vie pour sauver celle de nombreux Juifs.

Le 14 juillet 1996, Yad Vashem a décerné à Mère Elisabeth Rivet le titre de Juste parmi les Nations. 

Documents annexes

Aucun document

Articles annexes

Aucun autre article




Mis à jour il y a 11 mois.