Dossier n°7219B - Juste(s)

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages.Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1996

Damien Tronel

Année de nomination : 1996
Date de naissance : 07/02/1898
Date de décès : 03/10/1979
Profession : Juriste

Marie-Rose Tronel

Année de nomination : 1996
Date de naissance : 23/05/1897
Date de décès : 05/09/1989
Profession : Médecin, Mère de 6 enfants

    Localisation Ville : Lyon (69002)
    Département : Rhône
    Région : Auvergne-Rhône-Alpes

    L'histoire

    Damien Tronel
    Damien Tronel et sa femme Marie-Rose habitaient non loin du couvent de la Compassion, à Lyon, dont la Mère supérieure, Elisabeth Rivet (q.v.), se consacrait au sauvetage de femmes et d’enfants juifs en danger. Elle était en contact avec la Résistance et avec les dirigeants de la communauté juive de Lyon. Quand un danger immédiat menaçait un membre de la communauté, la religieuse était prévenue. Des éclaireurs ou des éclaireuses israélites accompagnaient alors la personne en question jusqu’au couvent, où elle restait plusieurs heures ou plusieurs jours jusqu’à ce qu’on lui trouve un abri sûr. La maison des Tronel faisait partie de cette filière d’évasion. Un coup de téléphone en code les prévenait qu’on avait besoin d’un courrier pour aller chercher un enfant. Marie-Joseph, leur fille, prenait alors sa bicyclette, se précipitait au couvent, et amenait l’enfant en danger chez ses parents ou chez sa grand-mère. Le soir de Noël 1942, Marie-Rose, qui craignait une descente de police, installa dans la crèche le petit bébé juif qu’on lui avait confié ce jour là ! Une autre fois Marie-Joseph partit en bicyclette avec une poupée emmaillottée dans une couverture. Lorsqu’elle arriva au couvent, Mère Rivet prit la poupée et la remplaça par un nourrisson… La fillette l’amena chez ses parents, qui s’en occupèrent avec dévouement jusqu’à ce qu’il soit recueilli par une famille d’accueil. On ignore le nombre exact des enfants qui eurent ainsi la vie sauve grâce au courage et au grand coeur des Tronel.

    Le 14 juillet 1996, Yad Vashem – Institut International pour la Mémoire de la Shoah, a décerné à Damien Tronel et à sa femme Marie-Rose le titre de Juste parmi les Nations.

    Documents annexes

    Article de presse -Magazine Vermeil de 02/2006Article de presse -Magazine Vermeil de 02/2006
    28 janvier 2014 11:05:44

    Articles annexes

    Aucun autre article