Dossier n°7245

Consulter le dossier de Jérusalem (en anglais)

Les Justes

Année de nomination : 1996
Théomir Devaux
Année de nomination : 1996
Date de naissance : 17/03/1885
Date de décés : 28/01/1967
Profession : Prêtre, supérieur des pères de Notre-Dame de Sion,rédacteur du journal « La Question d’Israël » coopérateur avec la WIZO

Localisation Ville : Paris (75006)
Département : Paris
Région : Île-de-France

Lieu de mémoire

Personnes sauvées

Lieu porteur de mémoire

Cérémonies

Date de Cérémonie de reconnaissance: 25 Mars 1997

L'histoire

Le père Théomir Devaux, Supérieur du monastère des Pères de Sion à Paris, consacra la plus grande partie de son existence au développement des relations judéo-chrétiennes. Il passa plusieurs années au monastère Ratisbonne à Jérusalem, fut rédacteur du journal « La question d’Israël » et fit de son établissement à Paris un centre de recherche et d’enseignement. Pendant l’Occupation, le religieux contribua au salut de centaines d’enfants juifs dont certains avaient perdu leurs parents ou en avaient été séparés de force. Il coopérait avec les représentants d’organisations juives afin de procurer de faux papiers aux enfants et trouver des institutions ou des familles chrétiennes disposées à les accueillir et les cacher. Le père Théomir hébergeait les enfants au monastère pendant une ou plusieurs nuits, le temps de pouvoir leur faire quitter Paris et gagner le refuge qu’il leur avait trouvé. Il se chargeait de faire parvenir les frais d’entretien des enfants aux institutions et familles d’accueil. Après la guerre, il s’employa à faire reconnaître la qualité de pupille de la nation aux orphelins qui, leurs parents disparus dans les camps, n’avaient nulle part où aller. Nombre de rescapés ayant bénéficié de son intervention et de celle du père Emile Plankaert (q.v.) évoquent avec gratitude son action humanitaire et son dévouement vis-à-vis de jeunes juifs qui avaient perdu leur famille et leur foyer.

Fanny Barouch, quatorze ans, arrêtée avec son frère, put quitter avec lui le commissariat de police pour trouver asile dans une des maisons d’enfants affiliées à une organisation juive de sauvetage qui travaillait avec le père Théomir. Après diverses pérégrinations, elle arriva finalement au monastère de Notre Dame de Sion. Grâce au Père qui lui trouva une place à l’institution de La Croix à Antony, elle put terminer ses études. Après la guerre, elle apprit que les religieuses, qui l’avaient traitée avec bonté et affection, avaient également caché d’autres adolescentes juives. Nedjenna Elbaz, une autre jeune Juive, n’arrivait pas à s’adapter à l’établissement dans lequel elle avait été placée; le religieux en trouva un autre, mais là encore il y eut des problèmes. Il trouva une solution lui permettant de retourner vivre avec son père. Forçant l’admiration par sa rigueur morale et son courage, le.R.P. Devaux a su obtenir l’étroite coopération des membres du personnel de son monastère, mais aussi d’autres appuis. Dès juillet 1940, la Gestapo avait fait une descente au monastère, confisqué les archives de l’établissement et sa bibliothèque – spécialisée dans les questions juives – et décrété la fermeture du journal. Après la guerre, le monastère reprit son combat contre la bigoterie et l’antisémitisme. Son nouveau journal, Les Cahiers Sioniens, qui mettait l’accent sur l’évolution de la pensée chrétienne sur les Juifs et le judaïsme, contribua à la préparation de l’encyclique Nostra Aetate sur les Juifs, qui fut promulguée par le pape Jean XXIII.

Le 6 août 1996, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem a décerné au père Théomir Devaux le titre de Juste parmi les Nations.

Les enfants cachés par le Père Théomir DEVAUX

Père Théomir DEVAUX

Documents annexes

Hommage Hommage
27 janvier 2016 10:27:10
Article de presse - Actualité juive du 05/01/2006 Article de presse – Actualité juive du 05/01/2006
27 janvier 2016 10:26:31
Invitation cérémonie Invitation cérémonie
27 janvier 2016 10:25:02

Articles annexes