Dossier n°7266A - Juste(s)

Consulter le dossier de JĂ©rusalem (en anglais)


Les personnes reconnues « Justes parmi les Nations » reçoivent de Yad Vashem un diplôme d'honneur ainsi qu'une médaille sur laquelle est gravée cette phrase du Talmud : « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier ». Il s’agit de la plus haute distinction civile de l’état d’Israël. Au 1er janvier 2021, le titre avait été décerné à 27921 personnes à travers le monde, dont 4150 en France. Cependant le livre des Justes ne sera jamais fermé car nombreux sont ceux qui resteront anonymes faute de témoignages. Reconnus ou non, ils incarnent le meilleur de l'humanité. En effet, tous ont considéré n'avoir rien fait d'autre que leur devoir d'homme. Ils serviront de phares et de modèles aux nouvelles générations.

Allée des Justes à Paris
Allée des Justes à Jérusalem

Les Justes

Année de nomination : 1996

René Delafosse

Année de nomination : 1996
Date de naissance : 21/11/1902
Date de décés : 19/06/1970
Profession : prêtre, économe du collège agricole de Nandax

Localisation Ville : Nandax (42720)
DĂ©partement : Loire
RĂ©gion : Auvergne-RhĂ´ne-Alpes

L'histoire

Le père Victor Kolmer, de l’Ordre de Don Bosco, Ă©tait directeur du collège-internat agricole de Nandax (Loire). En novembre 1943, il admit IsraĂ«l Brajtbort, un jeune Juif polonais de dix-sept ans. L’adolescent, qui appartenait Ă  La Sixième, organisation clandestine crĂ©Ă©e par le Mouvement des Eclaireurs IsraĂ©lites de France, avait attirĂ© l’attention des autoritĂ©s. Ses supĂ©rieurs lui donnèrent immĂ©diatement une nouvelle identitĂ© et de faux papiers et contactèrent le père Kolmer. Ce dernier Ă©tait le seul Ă  savoir, avec son bras droit le père RenĂ© Delafosse, responsable de la bonne marche de l’Ă©tablissement, que le nouveau venu Ă©tait juif. Quelques semaines plus tard, IsraĂ«l fut atteint de rhumatismes articulaires. Sa tempĂ©rature Ă©tait alarmante et l’une de ses jambes paralysĂ©e. Craignant de faire appel au mĂ©decin de l’Ă©cole, les deux prĂŞtres tentèrent de trouver un praticien juif dans les environs. N’ayant pas rĂ©ussi, ils soignèrent eux-mĂŞmes l’adolescent jusqu’Ă  sa guĂ©rison. Le 18 mai 1944, Ă  cinq heures du matin, les Allemands encerclèrent l’Ă©tablissement; deux officiers ordonnèrent au personnel et aux Ă©lèves de se rassembler dans la cour et il fut procĂ©dĂ© Ă  l’appel. Les papiers de chacun des Ă©lèves furent soumis Ă  un examen serrĂ©. Lorsque vint le tour d’IsraĂ«l Brajtbort, les officiers dĂ©clarèrent que sa carte d’identitĂ© Ă©tait un faux. L’adolescent rĂ©pliqua avec aplomb qu’ils n’avaient qu’Ă  vĂ©rifier auprès des autoritĂ©s qui l’avaient Ă©mise, en se proclamant haut et fort un bon catholique soupçonnĂ© Ă  tort. ImpressionnĂ©s par son ton Ă©nergique, les officiers n’insistèrent pas. Ensuite, ils fouillèrent en vain l’Ă©tablissement de fond en comble, Ă  la recherche d’armes cachĂ©es. Après la guerre, le jeune homme partit vivre dans un kibboutz en IsraĂ«l. En 1995, il fut invitĂ© Ă  prendre part au soixante-quinzième anniversaire de la fondation du collège, et retrouva des camarades qui avaient assistĂ© Ă  l’incident du 18 mai 1944.

Le 16 dĂ©cembre 1996, l’institut Yad Vashem de JĂ©rusalem a dĂ©cernĂ© au père Victor Kolmer et au père RenĂ© Delafosse le titre de Juste parmi les Nations. 

Documents annexes

Article de presse - Le progrès Article de presse – Le progrès
16 juin 2016 08:34:01
Hommage aux Pères Kolmer et Delafosse Hommage aux Pères Kolmer et Delafosse
16 juin 2016 08:33:59
Article de presse Article de presse
16 juin 2016 08:32:35
Allocution du délégué de yad vashem Alfred Lazare277 Allocution du délégué de yad vashem Alfred Lazare277
16 juin 2016 08:30:13
Invitation cérémonie Invitation cérémonie
16 juin 2016 08:29:18

Articles annexes

Aucun autre article